La Villa F : une merveille sur les hauteurs de Dahr El Sawan au Liban

0
2346

Les clients, un jeune couple avec deux enfants, ont lancé un concours pour la conception d’un espace à vivre : une maison de famille sur les hauteurs de Dahr El Sawan au Liban. Le programme s’organise autour de cinq suites pour les membres de la famille et les amis, et de généreux séjours et terrasses pour profiter du paysage et dîner entre amis. 

Leur souhait d’avoir une maison méditerranéenne « moderne » (ni organique, ni monolithique) s’annonçait compliqué du fait que chacun d’eux avait des goûts opposés ! Lui a grandi entre le Liban, l’Europe et les Etats-Unis, et vécu dans l’architecture de Mallet Stevens ou d’Oscar Niemeyer (Brésil). Il a donc une préférence pour l’austérité et les lignes épurées. Elle se reconnaît plutôt dans le vernaculaire oriental et porte une vision plus romantique de l’architecture. En plus de ces deux visions assez contraires et de la taille du programme, la maison devait être discrète ; son insertion dans le site et sa taille ne devaient en aucun cas dénoter un statut social élevé. Bref, il fallait rester discret !

Le terrain de 11.000 m2 est situé sur le mont Liban, à environ 1.200 m d’altitude par rapport à la mer. Une pinède encercle ce terrain escarpé, qui a permis de disposer les volumes de façon plus harmonieuse avec la montagne. Le projet de la F House est arrivé à une période importante de l’agence. Nous avons développé depuis des années une réelle philosophie et nous avons réussi à conserver l’intégrité de notre architecture quelle que soit la commande. Dans le souci de satisfaire l’utilisateur final, nous avons adopté une position “essentialiste” qui tend à révéler l’architecture moderne méditerranéenne. 

Cette architecture doit intégrer des qualités essentielles : le respect du site, de l’environnement et l’utilisation des matières locales, une volumétrie simple capable de créer des expériences spatiales uniques et enfin, la composition subtile entre l’architecture, son site et les utilisateurs. 

La demeure se présente comme un assemblage de murs en pierres sur lesquels reposent de grandes toitures débordantes, offrant ainsi une protection aux terrasses. Cette architecture est une sorte d’équilibre entre la massivité des parois verticales et la finesse des planchers. Ces deux entités sont traitées différemment : la couleur sable de la pierre marque l’attache au site et à l’environnement, la blancheur des toitures appelle la mer et le ciel. 

La maison affiche deux visages : sur la partie haute du terrain, la maison présente une façade massive, très fermée par une succession de volumes de pierres saillants et de différentes hauteurs. La vie privée est ainsi protégée et enrobée d’un certain mystère. L’autre visage, la face opposée, est en réelle communion avec la nature. Les chambres à coucher à l’étage profitent pleinement du paysage. 

La salle de gym, la piscine et les salles de jeu pour les enfants s’organisent autour de patios du soubassement. La distribution s’est faite de manière à ventiler naturellement toutes les pièces. La maison F est l’aboutissement d’une réflexion débutée il y a quelques années. Elle a su composer, avec un site des plus riches, une architecture raffinée, affirmée et située.

Propos recueillis par Shasha

Photos : Richard Saad et Géraldine Bruneel pour Nabil Gholam Architecture

]]>