La Valette : une capitale chargée d’histoires

0
736

À mi-chemin entre la Tunisie et les terres siciliennes se trouve la petite île de Malte. Perle de la Méditerranée, Malte a été pendant de nombreux siècles l’objet de convoitises et le sujet de guerres civilisationnelles. Sa capitale, La Valette en conserve encore les marques quasi-intactes et se voit désignée aujourd’hui comme la plus forte concentration de monuments historiques au monde.

La Valette doit son nom à Jean Parisot de la Valette, grand maître de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem, qui au début du XVIème siècle, mit fin au siège ottoman et posa la première pierre de la future capitale. Par la suite, Malte fut tour à tour possession bonapartienne et colonie britannique avant d’acquérir son indépendance en 1964.

AU CARREFOUR DES CIVILISATIONS

Absolument tout à La Valette témoigne de cette richesse culturelle, à commencer par la langue nationale, le maltais, étonnant mélange d’arabe sicilien, d’italien et à moindre mesure de français et d’anglais. La cité de calcaire dorée regorge également de splendeurs architecturales et de trésors artistiques.

Bâtie selon les plans de Francesco Laparelli, ancien assistant de Michel-Ange, La Valette était une place forte stratégique dont le but était de contrer une nouvelle invasion ottomane. Le Palais du Grand-Maître édifié au XVIème siècle par l’ordre de Saint Jean de Jérusalem et à présent demeure du président, reste un incontournable de l’architecture maltaise.

UNE CAPITALE À TAILLE HUMAINE

Désignée comme la plus petite capitale d’Europe, La Valette se visite à pieds. Mais avant de flâner le long des rues, il convient de découvrir le « Upper Barraca Gardens », l’un des rares endroits ombragés de la ville. Ce jardin agréablement décoré de statuts offre une vue imprenable sur les fortifications de La Valette. Assurément, il faut faire un choix lorsqu’on visite la capitale maltaise. Sur les 320 monuments historiques que compte la ville, quelques-uns se démarquent, attisant davantage la curiosité des voyageurs. C’est le cas notamment de la Co-cathédrale Saint-Jean qui, construite au XVIème siècle à l’honneur de l’Ordre des chevaliers, surprend par son architecture baroque. Plus étonnant encore, sous son dallage composé de 374 pierres tombales reposent les corps des chevaliers les plus illustres de Malte. Le Musée du Théâtre Manoel vaut également le détour, celui-ci fait l’étalage de trois siècles d’histoires du théâtre maltais.

LA VALETTE, DOUCEUR MÉDITERRANÉENNE

Au soleil couchant, il fait bon se promener le long des quais du Grand Harbour, souvent cité comme l’un des plus beaux ports d’Europe. À lui seul, il concentre toute l’histoire de l’île : ce havre constitua la base maritime des chevaliers de Malte durant les 268 années de leur présence sur l’archipel, puis celui des Britanniques pendant 170 années.

Lorsque la nuit tombe, La Valette s’apaise jusqu’à devenir quasi-déserte. Il faut dire que la capitale maltaise compte légèrement plus de 6 500 habitants, ce qui la place à la 27ème position au classement des villes les plus peuplées de Malte. Ainsi pour profiter de l’ambiance maltaise mieux vaut sortir de La Valette pour rejoindre Paceville, quartier si- tué entre Spinola Bay et St George’s Bay, connu pour ses festivités nocturnes.

Textes : Noemie Zyla