La Tunisie classée parmi les « pays libres »

0
981

Selon l’édition 2015 du Rapport sur les libertés dans le monde publié par Freedom House, une Organisation Non Gouvernementale basée aux Etats-Unis, la Tunisie se classe parmi les Etats « libre s» du monde.

Chaque année, l’ONG fondée en 1941, publie des rapports sur la démocratie, la liberté de la presse et la liberté d’internet. La liberté de création des partis politiques, l’élection des corps exécutif et législatif, l'importance et le pouvoir de l'opposition, les droits des minorités ethniques, culturelles, et religieuses, le degré de corruption, ainsi que le respect de la liberté d’expression et la transparence du gouvernement sont autant de paramètres pris en compte lors de cette étude. Réalisée par des universitaires et des experts, cette étude classe les pays selon 3 catégories : libre, partiellement libre, non libre, en leur attribuant une note allant de 1 à 7. Les pays dont le score est proche de 1 étant les plus démocratiques.

Sur les 195 Etats et 15 territoires, 89 sont considérés comme «libres» cette année, soit 46% du total, 55 sont partiellement libres soit (28%), et 51 (26%) ne sont pas libres. L’organisation constate pour la neuvième année consécutive un recul des libertés dans le monde. L’organisation souligne toutefois la réussite de la Tunisie et parle même d’ «une exception notable» à cette tendance générale plutôt négative. En effet, la Tunisie est devenue le premier pays arabe libre! Dans son rapport annuel, l’ONG a attribué à la Tunisie la note maximale de 1 en matière de droits politiques et le score de 3 en matière de respect des libertés publiques. Le score global de la Tunisie est donc de 2 ce qui la classe parmi les pays libres de ce monde.

Une progression exceptionnelle puisqu’il y a à peine 5 ans, la Tunisie était classée parmi les pays les plus répressifs au monde avec un score de 6. Cette progression est due à l’adoption en janvier 2014 d’une constitution «progressiste» et à l’organisation des élections législatives et présidentielles libres. L’ONG considère, de ce fait, que la Tunisie est, jusqu'à présent, le seul cas de réussite parmi les nombreux pays arabes qui présentaient une certaine ouverture politique en 2011 après le printemps arabe.

 

]]>