La Tunisie a un nouveau gouvernement

0
701

Plus de trois mois après les élections législatives, le parlement tunisien a approuvé jeudi 05 février le nouveau gouvernement du Premier ministre désigné Habib Essid, un cabinet de large coalition regroupant quatre partis dont le vainqueur des législatives, Nidaa Tounès, et son rival, Ennahda.

Sur les 204 députés présents, 166 ont voté pour, 30 contre et huit se sont abstenus. Le Pésident du Parlement Mohammed Ennaceur a déclaré qu’«Avec ce vote de confiance, la Tunisie entre aujourd'hui dans une nouvelle étape pour construire une Tunisie nouvelle». Le Premier ministre a présenté son programme au Parlement mercredi, avec une série de mesures urgentes à entreprendre dans les cent premiers jours. Ces mesures concernent principalement la création d’emploi, le développement régional, la baisse des prix, l’augmentation des allocations versées aux familles nécessiteuses, la lutte contre la pollution, la révision du code d’investissement, la réforme de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur… Mais le Premier ministre a tenu à assurer que sa priorité numéro 1 reste bien sur la lutte contre le terrorisme. «La principale priorité de ce gouvernement est d'instaurer la sécurité et la lutte contre le terrorisme, a-t-il déclaré, il faut se dépêcher d'adopter la loi antiterroriste en suspens depuis des mois».

Le Front Populaire qui avait appelé, mercredi, ses députés à ne pas voter la confiance au cabinet Essid, juge ce programme trop «flou» et qu’il ne satisfait pas les aspirations des tunisiens à la démocratie, la dignité et la justice sociale. En effet, le parti de gauche doute que ce nouveau gouvernement, qui renferme en son sein des symboles de l’ancien régime, de la Troika et quelques noms qu’il juge suspects, soit capable d’entreprendre les mesures urgentes nécessaires pour limiter les dégâts causés par la crise économique.

En attendant, le Premier ministre a souligné que l’annonce du programme détaillé de son gouvernement se fera après concertation avec les autres partis. La passation de pouvoir entre le chef de gouvernement sortant, Mehdi Jomâa, qui a adressé ses félicitations à son successeur ainsi qu’à tous les membres de son cabinet leur souhaitant «la réussite dans l’intérêt du peuple tunisien et de la nation toute entière», et Hbib Essid aura lieu aujourd’hui, vendredi 6 février 2015.

 
]]>