La Maison M: l'architecture contemporaine marocaine

0
2101

Les jeunes et talentueux Myriam Soussan et Laurent Moulin s’installent au Maroc il y a dix ans déjà. Une de leur première réalisation est ce petit pavillon en banlieue de Rabat.

Les jeunes architectes Myriam Soussan et Laurent Moulin se sont établis à Rabat depuis presque dix ans. Après quelques années passées à travailler pour différents architectes, ils fondent leur propre agence. Leur approche consiste à créer une architecture contemporaine marocaine intégrant une réelle dimension bioclimatique. Leur architecture est située, directement influencée par les données climatiques des sites sur lesquels ils conçoivent et construisent des habitations. 

Ils portent une réflexion qui va au-delà de l’architecture : l’habitat autonome conçu pour les tribus nomades du désert est également une manière de maintenir une société et une culture menacées par la modernisation et la sédentarisation. L’architecture serait une manière d’offrir l’accès aux nouvelles technologies tout en sauvegardant un mode de vie.

La maison M est une de leurs premières réalisations. Les architectes ont répondu aux souhaits des clients qui désiraient une petite maison pour leurs enfants expatriés à l’étranger. Ils ont eu carte blanche mais avec une limitation en surface (réglementation) et un très faible budget (45.000 euros). 

La maison a donc été conçue comme une masse blanche flottant au-dessus du jardin. Les murs intérieurs et extérieurs, les sols, sont tous enduits d’un tadelakt blanc écru, comme une matrice. Le tadelakt est un enduit de chaux à l’eau, brillant et imperméable. Il a la particularité d’être « ferré » avec un galet de rivière et d’être traité au savon noir pour acquérir son aspect définitif. 

La maison, de plain-pied, est traversée tout le long par un couloir ouvert à chaque extrémité sur le jardin et souligné d’une ouverture zénithale toute en longueur. Ce couloir est ponctué d’un réseau de portes coulissantes en bois sur toute la hauteur, desservant les chambres, la salle de bains et les toilettes. 

Le salon est totalement ouvert sur le jardin, boîte en verre où la cheminée, en tadelakt anthracite, est en suspension, laissant apparaître le parterre de galets dans la fente. Toutes les ouvertures extérieures comportent des volets massifs en bois, coulissants. Les deux jeunes architectes, fascinés par le Japon, ramènent un peu de zen dans le jardin qui enlace ce parallélépipède blanc.

Par Tulai Izam

Photos : Myriam Soussan, Laurent Moulin

]]>