JCC 2018: « Bent El Gamra », un film sensible de Hiba Dhaouadi

0
5570

Lundi prochain, le 5 novembre 2018, sera projeté en avant première mondiale, un film documentaire tunisien unique en son genre. Réalisé par Hiba Dhaouadi et produit par Nada Mezni Hafaiedh, le film met en scène le quotidien de trois femmes/filles qui se battent au quotidien contre une maladie particulière.

Avec une équipe majoritairement féminine, « Girl of the moon » (Bent EL Gamra) fait partie de la sélection officielle des Longs-métrages Hors Compétition dans le cadre des Journées Cinématographiques de Carthage qui démarrent demain.

Synopsis :

Lamia, Aya et Siham souffrent d’une maladie mortelle appelée ¨Xerodérma Pigmentosum¨.

Le film dévoile la vie quotidienne monotone de ces personnages, leur différence en terme d’acceptation de cette maladie et la façon dont chacune a choisi de défier la réalité.

Soutenue par l’association d’aide aux enfants de la lune, qui aide et assiste les enfants atteints de cette pathologie mortelle, Hiba Dhaouadi, qui travaille sur le sujet depuis 6 ans, raconte le calvaire de cette communauté marginalisée, mise à l’écart en Tunisie, ainsi que leur combat journalier à travers des témoignages poignants et des séquences de vie qui laissent rarement indifférent.

En Tunisie, ils sont environ mille enfants à souffrir de Xeroderma Pigmentosum (soit le taux le plus élevé au monde), contre 70 enfants en France et 300 aux Etats-Unis.

Cette maladie génétique rare oblige les enfants à se protéger totalement du soleil et de tout rayon ultra-violet, leur interdisant la lumière à tout prix sans être totalement couverts, sous peine d’entraîner des brûlures et des lésions cancéreuses.

Soucieuse de cette triste et cruelle réalité, Hiba Dhaouadi veut sensibiliser l’opinion publique et le gouvernement sur cette condition qui touche les enfants tunisiens afin de promouvoir la recherche médicale, la prise en charge de la maladie par l`Etat ou encore l’aménagement de structures adaptées aux enfants de la lune.

La productrice  n’est autre que Nada Mezni Hafaiedh, qui, une fois encore, a choisi de miser sur un sujet sensible mettant au cœur du débat la cause d’une minorité délaissée et discriminée de notre société.

Avant-première JCC 2018 : 5 novembre 20h30 salle ABC Tunis