J'adooooooore les sushis et pourtant…..

0
1293

Le sushi (寿司, sushi, ou souchi) est un des plats emblématiques de la cuisine japonaise. Il est difficile de dater avec certitude l'apparition des premiers sushis. Ils seraient apparus aux alentours du Ve siècle av. J.-C., date à laquelle la riziculture s'installa au Japon. Historiquement, le riz servait à la conservation du poisson. Les chinois, inventeurs de la méthode (par fermentation du riz et production d'acide lactique) jetaient le riz après fermentation. Il en existe toute une variété comme illustré ci-dessous:

 

Comme toute bonne chose, si vous aimez les sushis car c’est une histoire de goût, il convient de les consommer avec modération. Et pour preuve selon une récente étude réalisée par la nutritionniste Rachel Beller, auteure de « Eat to lose, Eat to win », les sushis sont beaucoup plus caloriques que ce que l’on pense : un rouleau de maki contiendrait environ 500 calories ! Commandez-en un plateau (entre 2 et 3 rouleaux) et cela vous apportera un peu plus de 1 000 calories ingurgitées ! Impressionnant quand on sait qu’un menu Big Mac chez Mac Donald’s atteint en moyenne 836 calories, explique Rachel Beller au Daily Mail.

 

 

 

 

 

 

 

 

D’où viennent toutes ces calories ? Du riz, qui constitue plus de 75% d’un plateau de sushis, tandis qu’ils ne contiennent que 5 grammes de poisson par pièce. De plus, le riz utilisé est cuit dans le vinaigre auquel on rajoute une bonne dose de sucre et de sel, pour la saveur et la texture. Et c'est sans parler des versions occidentalisées du sushi avec sa mayonnaise ou sa cream cheese. Non négligeable sur le plan calorique ! Rachel Beller conseille donc d’opter pour les sashimis qui ne contiennent pas de riz et sont une plus grande source de protéines et d’omégas 3.

 

De plus, comme pour la viande, la consommation de poisson cru présente des risques de contamination par des bactéries ou des virus. En effet, la cuisson de la viande ou du poisson permet d’éliminer ces parasites. Il faut donc faire particulièrement attention à la qualité du poisson. Si vous préparez vous-même vos sushis, pensez à congeler votre poisson en avance, ce procédé permet de réduire les risques.

 

Malheureusement, les sushis sont préparés avec des espèces sensibles à la pollution des eaux par les métaux lourds. C’est le cas en particulier pour le thon rouge, potentiellement contaminé au mercure. En plus de la fraicheur, la provenance du poisson est un critère important à connaître avant d’acheter.

 

"Si nous continuons à polluer les océans comme nous le faisons actuellement, il sera de plus en plus difficile de trouver du poisson non toxique", explique Philippe Grandjean, de l’Université du Danemark sud. Car ces poissons peuvent être porteurs de dioxines et de polluants, et donc susceptibles de provoquer des troubles métaboliques et des effets néfastes sur la thyroïde. Ainsi, il n’est pas conseillé de consommer plus de 600 grammes de poissons gras (saumon, thon ou maquereau) par semaine. 

 

Par Sofia Azaîez

]]>