Istanbul en quelques jours

0
1161

Laissez-vous emporter par la magie de cette ancienne Byzance, vous découvrirez en quelques jours ce que l’homme a fait de plus beau : un pont entre deux continents gardant en son sein une culture millénaire. L’Istanbul que vous découvrirez est des plus enivrantes, elle bat au rythme d’un nouveau souffle, celui d’une création artistique surprenante et d’un développement économique des plus dynamique. Les Stambouliotes regardent leur avenir avec sérénité, façonnant une Istanbul moderne.

Istanbul historique :

Istanbul, une des plus grandes villes de Turquie dans la région de Marmara, en liant l’Asie à l’Europe, assume le rôle de pont entre l’Occident et l’Orient. Elle est l’une des rares villes au monde dont le passé remonte jusqu’à la plus haute antiquité. Elle est divisée en deux par le détroit du Bosphore qui relie la mer Noire à la mer de Marmara. Du point de vue géographique, son relief en plateaux légèrement bombés de buttes est fractionné en vallées de cours d’eau qui se jettent dans la mer de Marmara et la mer Noire, tandis que la partie asiatique de la ville est dominée par un relief accidenté qui se présente en monts successifs.

Vous voilà à Sultanahmet sur la rive occidentale de la ville, dans ce qu’on appelle le centre historique. Deux jours suffisent pour visiter les splendeurs du palais Topkapi et autres monuments. Ne ratez surtout pas le harem, la partie la plus riche du palais. En sortant de Topkapi, à quelques centaines de mètres, la mosquée Sainte-Sophie et la mosquée Bleue se font face. La première est érigée par les fameux architectes Anthémis de Tralles et Isodore de Millet en 532 à la demande de Justinien 1er. Sainte-Sophie est connue pour ses mosaïques autant que pour son architecture et tout particulièrement pour les renversantes dimensions de sa coupole. Elle sera convertie en mosquée à l’arrivée des musulmans durant la conquête d’Istanbul par Mehmet II le Conquérant en 1453.

Face à Sainte-Sophie s‘élève la mosquée de Sultanahmet, plus communément appelée la mosquée Bleue. Elle est l’œuvre de l’architecte Sedefkar Mehmed Agha, et est inspirée de Sainte-Sophie et de nombreuses autres mosquées classiques de la période ottomane. Son intérieur est baigné de lumière et généreusement tapissé des plus belles faïences de l’époque à dominante bleue, d’où son nom de mosquée Bleue.

Vous ne quitterez pas le quartier de Sultanahmet sans visiter la citerne basilique, plus connue sous le nom de palais englouti. Cet impressionnant édifice présente 140 mètres de long pour 70 mètres de large et est subdivisé en 12 rangées de 28 colonnes qui s’élèvent à 5 mètres de hauteur.

La dernière étape avant de traverser le pont de Galata est l’incontournable grand bazar : des profusions d’or, de turquoise et d’ambre vous feront tourner la tête. Les passionnés de tapis trouveront une variété exceptionnelle de motifs, de couleurs et de tissus.

Istanbul moderne :

Il est temps de passer de l’autre côté de la rive en vapur (bateau bus) ou en tramway pour se rendre dans le quartier de Curcuma Galatasaray, un des plus vieux quartiers d’Istanbul, pris entre le Bosphore et la rue commerçante Istiklal. Mais juste avant, un arrêt au marché aux épices ou marché égyptien est nécessaire pour plonger dans l’activité criarde des commerçants. A l’étage de ce petit marché, vous trouverez un des plus anciens restaurants de kebab de la ville, le lieu est entièrement recouvert d’une céramique turquoise et de boiseries.

La traversée faite, le pouls d’Istanbul est là, toute l’effervescence de cette ville se mesure dans les rues de ce quartier débordant de galeries d’art, d’antiquaires, de restaurants et de boutiques luxueuses et de boutiques vintage. Il faut se perdre dans les ruelles escarpées de ce quartier et lever la tête pour apprécier les maisons de ville, les « yalis » construits en bois, affichant une caractéristique commune : le bow-window, sorte de petit balcon couvert.

En descendant les ruelles vers le Bosphore, ne contournez pas le musée d’art moderne Istanbul Modern. Premier musée privé d’art moderne de la ville, vous pourrez y admirer une large collection de peintures et de vidéo. Installé dans les anciens docks de la ville, le musée est sur le bord de l’eau. Profitant de cette situation, un restaurant café est créé à l’étage avec une terrasse pour les chaudes journées d’été. Les entrepôts attenants sont utilisés pour des expositions temporaires. Ainsi, jusqu’au 5 janvier, vous pourrez découvrir l’exposition Edge of Arabia, une sélection de jeunes artistes saoudiens. 

Istanbul la nuit :

Ne vous méprenez pas sur cette ville car elle ne dort pas, ou très peu. Le quartier de Beyoglu est une concentration de bars et de restaurants de poissons où la sardine grillée est reine et les mezze rois. La musique nous accompagne partout, du luth à Lady Gaga, les jeunes et moins jeunes Stambouliotes profitent de tous les plaisirs de la vie.

Les « très branchés » pourront faire un tour au 360, un bar lounge avec une vue imprenable sur la ville (réservation obligatoire les week-ends). Pour les plus gourmands, un dîner au Dai Pera s’impose, l’accueil est excellent et la nourriture haute en couleur.

Pour ceux qui veulent profiter de la vue sur le Bosphore, le Chiragan Palace offre un somptueux bar.

Dormir à Istanbul :

Sumahan Hotel

La ville offre de nombreux hôtels toutes gammes confondues. Le Sumahan et l’Ajia se trouvent sur le Bosphore, d’autres ont pris place dans d’anciennes bâtisses, comme le House Hotel Galatasaray, charmant boutique-hôtel de 4 étages construit en 1890 et qui a ouvert ses portes le 2 avril 2010.

House Hotel Galatasaray

Une rénovation complète d’une durée de deux ans gérée par la société turque de design intérieur Autoban (www.autoban212.com) a permis la renaissance de ce magnifique bâtiment. Autoban s’est efforcé de conserver certains éléments d’époque, tels que la magnifique cage d’escalier en marbre blanc de Carrare ainsi que de somptueuses tomettes colorées datant de 1890. The House Hotel Galatasaray propose 20 suites spacieuses, ainsi qu’un lounge-bar au dernier étage offrant une vue imprenable sur les toits d’Istanbul et la Tour de Galata.

L’équipe de l’hôtel est chaleureuse, attentive et soucieuse de satisfaire au mieux les exigences des clients.

The House Hotel Galatasaray est idéalement situé entre le Bosphore et l’avenue d’Istiklal dans le quartier ancien de Cukurcuma/Galatasaray ; on rejoint aussi La Corne d’Or à pied en 20 minutes.

La localisation de l’hôtel est parfaite en raison de sa proximité au métro, au tramway ainsi qu’aux ferry-boats qui vous emmènent vers les Iles des Princes, la mer Noire ou encore le continent asiatique.

 

]]>