Invictus Intense de Paco Rabanne, plus puissant que jamais

0
568

Paco Rabanne, couturier-agitateur. Inventeur d’une mode radicale qui a bousculé les sixties. Créateur aussi des premiers shows-happening où les filles défilent pieds nus. Son tour de force : des silhouettes sexy taillées dans des matériaux industriels mais libres de leurs mouvements. L’armure comme vêtement sensuel, le métal comme seconde peau. Il fallait oser ! Radicalité, liberté, avant-garde. Ces codes restent inscrits dans les gênes de la mode et des parfums Paco Rabanne. Des parfums architecturés mais légers d’esprit. Des univers forts et décalés ouverts à tous les fantasmes. C’est celui de la victoire qui inspire la création d’Invictus en 2013. Le champion auquel rien ni personne ne résiste. Deux ans plus tard, Olympéa redonne du pouvoir à la femme. Avec eux, enfin, we can be heroes ! Invictus est l’homme dans toute sa puissance, le héros infaillible qui ne renonce jamais. Un Dieu sur Terre. Olympéa est l’icône absolue, l’unique. Intelligence acérée, plastique impériale, queen divine. Deux êtres hors du commun réunis aujourd’hui pour une rencontre explosive…

Duel at the top

Au Panthéon des demi-dieux le temps est au calme. Mais la loi du plus fort se réveille toujours par instinct. Olympéa rêve de pouvoir, Invictus ne pense qu’à la victoire. A quoi bon se contenter de l’ordinaire ? Comment ne pas s’ennuyer lorsque rien ne vous résiste ? Pour survivre à l’ennui, il faut s’amuser. Pour rester au top, il faut s’entraîner. A deux, c’est mieux.
Changement de décor. L’air est électrique, le ciel s’assombrit. Invictus est au sommet de sa puissance. Déchaîné, encore plus désirable, prêt-à-gagner. Olympéa est à son apogée. Conquérante, sexy queen, plus animale que jamais. L’heure est venue de se mettre au défi, le challenge peut commencer. Effets spectaculaires pour elle. Démonstrations de force pour lui. Nos deux protagonistes rivalisent d’imagination et de ruse. Le duel est jubilatoire…

Invictus Intense

invictus-intense-parfum

Un trophée pour notre winner (récompense méritée) dans un détournement façon Paco Rabanne. L’objet convoité : une coupe en verre massif surmontée d’un capot métal brillant-triomphant. Robuste dans l’épure. Athlétique. Les contrastes s’affirment dans l’équilibre, autour d’une base qui joue la sobriété et d’un top qui mise sur la force du détail : godrons nets et ciselés, anses architecturées. L’ensemble est sculptural ! Dans la version Intense, le trophée en profite pour affirmer sa puissance nouvelle. Plus sombre, plus profond jusque dans la fragrance. Verre laqué dégradé pour la coupe, capot gun métal et jus bleu-acier. L’intensité a pris le pouvoir.

Almighty Wood

Fraîcheur cinglante contre sensualité animale. Invictus jouait le choc entre l’embrasement de bois ambrés et un accord marin « peau salée », dans un sillage boisé-frais. Pour créer Invictus Intense, Juliette Karagueuzoglou s’est entourée d’Anne Flipo et de Dominique Ropion. Elle signe ici un boisé-ambré très sexy. Sans perdre la tension et l’identité virile (le duo bois-ambre gris), on quitte l’animalité pour plonger dans une sensualité qui enivre. Le pilier de la fragrance est un accord malt salé-ambré traversé par des bois nerveux. Salé, marque de fabrique d’Invictus. Ambré pour un effet charnel décuplé. Les deux pour l’équilibre. Là encore, deux forces se confrontent et fusionnent. Duel magnétique… Au premier plan une pulsion épicée-fraîche : feuille de laurier verte-aromatique et fleur d’oranger électrisée par le duo poivre noir-cardamome. Fraîcheur incisive pour un choc en retour, très sensuel. Le malt domine. Souple, enveloppant, sweet liqueur. L’accord ambre gris apporte une chaleur douce, boisée-animale. En contrepoint, la force de l’ambre noir et des bois, pour un effet peau-salée par la mer. Un final chaud vibrant, à son paroxysme.

Serial Winner

Le visage de Nick Youngquest nous est familier (son corps aussi) : Invictus c’est lui ! Comment oublier l’image de ce champion mis en scène dans un décor surnaturel, savourant l’euphorie de la victoire ?

egerie

Nick est le pur archétype du héros fantasmé, l’homme qu’on aurait élevé au rang des dieux. Aux beautés aseptisées ou aux célébrités monolithiques, il oppose une virilité brute, presque animale. Une musculature de champion dans un corps d’Apollon (Nick est un ancien sportif professionnel), un regard bleu. Un homme, un vrai. Dans la (vraie) vie, le bel australien de 33 ans est mannequin et professeur de yoga. Ce garçon est vraiment parfait.