Entrepreneure et maman à plein temps, Maya Touati a réussi le pari de faire de sa passion son job. En effet, l’ancien mannequin qui a toujours baigné dans le monde de la mode et de la beauté, n’y est pas allée par quatre chemins en lançant plusieurs projets dans ce milieu. A tout juste 26 ans, elle est à la tête d’une marque de maillots de bain, d’une marque de prêt-à-porter ainsi que d’une plateforme de réservation en ligne de prestations de beauté, la première du genre en Tunisie. Nous avons voulu en savoir plus sur la recette du succès de cette Tunisienne à qui tout réussit. Interview.

Femmes de Tunisie : Quel est ton parcours ?

Maya Touati : Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique, j’ai suivi des études de management à l’IHEC Carthage tout en travaillant en tant que mannequin chez Major Models Management, une agence de mannequins à Milan. Je voyageais pour des shootings les week-ends et les vacances et j’allais en cours le reste de la semaine. Ce parcours atypique m’a permis de beaucoup voyager, de découvrir le monde et à saisir les bonnes opportunités. Pour être un bon entrepreneur, il faut rester curieux de tout, ne jamais cesser d’apprendre et de s’éduquer. C’est dans ce sens que, des années plus tard, j’ai suivi un cursus en « Entrepreneurship essentials » à la Harvard Business School.

FDT : Comment du mannequinat, t’es-tu retrouvée à la tête de trois projets ?

MT : Mon parcours entrepreneurial a toujours été influencé par ma carrière de mannequin. J’aime lancer des projets qui me ressemblent et auxquels je suis la première cliente. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que mes projets tournent autour de la mode et de la beauté. Après avoir fini mes études, j’ai lancé MayaSwim , la première marque de maillots de bain 100% tunisienne. Par la suite, nous avons lancé AYAM Ready to Wear, une ligne de prêt-à-porter pour working women et en 2018, Tap4Glam, une plateforme de réservation de services de beauté à la demande.

FDT : Lequel de tes projets te tient le plus à cœur ?

MT : Je considère mes projets comme mes bébés, je leur donne l’attention, le temps et l’énergie dont ils ont besoin pour grandir et se développer. C’est toujours extraordinaire de voir comment une simple idée se transforme petit à petit en un projet qui génère de la valeur, qui facilite la vie des gens et qui crée de nouveaux emplois. Comme toute maman, je dirais que le dernier de la famille est toujours un peu le favori n’est ce pas ? Et c’est Tap4Glam qui me tient, aujourd’hui, le plus à cœur. Nous donnons la possibilité à une centaine de professionnels de la beauté d’être auto-entrepreneurs, d’être plus indépendants, de générer des revenus supplémentaires et de montrer leur talent et leur art au monde.

FDT : Comment t’es venue l’idée de lancer Tap4Glam ?

MT : L’idée de Tap4Glam m’est venue d’un besoin personnel. En tant que jeune maman et femme active, trouver le temps de me faire belle devenait de plus en plus difficile. Mon temps libre était très limité. Trouver de la disponibilité en salon à la date et l’heure voulue était impossible tout comme le fait d’aller sur place et attendre pendant des heures. J’ai donc eu l’idée de lancer une application qui permettrait de réserver une coiffure, une manucure ou un makeup sans bouger de chez moi.

FDT : Comment comptes-tu développer ce projet ?

MT : Tap4Glam n’a cessé d’élargir son réseau de professionnels afin d’offrir nos services sur d’autres villes de la Tunisie. Nous serons d’ailleurs bientôt disponibles à Sousse et Hammamet. Nous travaillions également au développement de Tap4Glam au Maroc et sur d’autres pays de la région MENA. Notre vision est claire : devenir le prochain leader de la beauté digitale dans le monde arabe.

FDT : Quels sont les challenges que tu rencontres dans ta vie familiale et professionnelle ?

MT : Il est vrai que c’est un challenge de pouvoir concilier la vie familiale et professionnelle. Etant aussi maman de deux enfants en bas âge, je dois faire preuve de beaucoup d’organisation tous les jours. Je dois dire que j’ai de la chance d’avoir une famille qui croit en moi et un mari sur qui je peux compter.

FDT : En tant que jeune entrepreneure tunisienne, quelles sont les difficultés que tu as rencontrées ?

MT : L’entreprenariat n’est pas un long fleuve tranquille, il est semé d’embuches mais c’est la plus belle aventure qui soit. Etant dans le secteur de la technologie, la fuite des talents reste pour nous, startups, un gros problème. En effet, il est devenu difficile de garder les développeurs tunisiens puisqu’ils sont consentement approchés et embauchés par des boites étrangères.

FDT : Quels sont les conseils que tu pourrais donner aux jeunes femmes qui voudraient lancer leur propre projet ?

MT : Nous sommes malheureusement très peu de femmes entrepreneures dans l’écosystème startup en Tunisie. Je leur conseille de se lancer sans hésiter car ce n’est pas l’idée qui compte mais plutôt son exécution. Aussi, il faut s’informer sur les différents organismes en Tunisie qui accompagnent les startups en leur apportant le soutien financier et les ressources nécessaires à leur développent. Nous avons réussi à faire notre première levée de fonds avec Flat6Labs, qui de surcroit nous aide à nous développer localement et à l’international. J’espère de tout cœur qu’on aura plus de femmes chefs d’entreprise les années à venir.

FDT : De nouveaux projets en perspective ?

MT : Faire grandir Tap4Glam en Tunisie et au delà des frontières reste ma priorité mais j’ai aussi envie de faire du mentoring à d’autres femmes entrepreneures afin qu’elles puissent, elles aussi, lancer leurs projets.