INTERVIEW Le voyage de Mouna Allani Ben Halima

0
2715
Mouna Allani Ben Halima
©Sabrina Belkhouja

Femme d’affaire discrète, Mouna Allani Ben Halima a marqué l’actualité de la fin d’année 2014 par l’ouverture très attendue de son dernier hôtel, « La Badira », situé dans la ville de Hammamet. Après avoir passé son enfance à Tunis, la jeune femme poursuit ses études à Paris où elle entame une classe préparatoire au lycée Louis Le Grand. Pour des raisons personnelles, Mouna Allani Ben Halima se voit contrainte de revenir en Tunisie afin de reprendre l’entreprise familiale. C’est ainsi qu’elle est propulsée, à seulement 24 ans, à la tête du « Sultan » et quatre années plus tard du « Sultan Beach », figurant tous deux parmi les meilleurs hôtels de la cité balnéaire. La jeune entrepreneuse décide toutefois de reprendre ses études et se lance dans un MBA avant de revenir définitivement dans son pays natal. Mouna Allani Ben Halima est aussi une femme engagée. Au lendemain de la révolution, elle devient chef de projet du « Bus Citoyen » qui sillonne 22 gouvernorats pour sensibiliser les Tunisiens au vote. La même année, elle fonde également l’association «Touensa », un pacte citoyen visant à l’éveil politique et démocratique.

Qu’évoque pour vous le voyage ?

Le voyage est pour moi synonyme de découverte. J’aime faire la connaissance d’autres cultures, de l’artisanat local du pays que je visite. C’est mon premier réflexe.

Qu’est-ce qu’un voyage dépaysant ?

Le dépaysement passe par la nouveauté. Aussi, pour qu’un voyage soit dépaysant, il faut que je puisse voir ce que je ne vois pas chez moi tous les jours. C’est aussi apprendre de nouvelles cultures.

Qu’emmenez-vous toujours dans votre valise ?

Mon premier geste lorsque je pars en voyage est d’acheter un guide du pays que je visite. J’aime avoir un premier aperçu culturel avant de découvrir par moi-même. J’emmène également une paire de baskets et un jean, des vêtements pratiques pour visiter une ville.

Votre musée fétiche ?

J’aime beaucoup le musée d’Art Moderne de New York mais aussi le Musée Egyptien du Caire.

Ce que vous aimez faire le plus en voyage ?

Ce qui m’importe le plus c’est de partir à la rencontre des habitants. J’aime échanger avec les locaux pour connaître leur quotidien, découvrir la culture du pays à travers eux. J’apprécie beaucoup le contact avec les locaux, c’est un besoin que je ressens lorsque je suis en voyage.

Le pays de vos rêves ?

Sans hésitation, je dirais la Tunisie. J’adore mon pays et surtout mon petit coin de plage à Hammamet en hors-saison. C’est un endroit de «zénitude» et de bien-être.

Un souhait pour l’avenir ?

Changer l’image bas de gamme de la Tunisie, l’améliorer et la tirer vers le haut.

Texte : Noemie Zyla

Crédit photos : Sabrina Belkhouja