Insolite : une Egyptienne se déguise en homme pendant 43 ans pour pouvoir travailler

0
755

Pour subvenir aux besoins de sa fille, une Egyptienne a décidé de se déguiser en homme afin d'échapper à l'interdiction faite aux femmes de sa communauté de travailler.

Tout commence en 1972, Sisa Abu Daooh, âgée alors d'une vingtaine d'années, se retrouve veuve et enceinte. "Mes frères voulaient que je me marie une nouvelle fois et continuaient à me ramener de nouveaux prétendants", explique Sisa, âgée aujourd'hui de 65 ans.

Dans son petit village près de Louxor, dans le sud rural et pauvre de l'Egypte, impensable pour une femme de travailler. Alors la futur maman qu'elle était alors n'a pas hésité longtemps à troquer ses robes pour une galabeya. "C'était dur de se déguiser en homme mais sans cela, ils (ses frères) m'auraient harcelée et empêchée de travailler, ou même attaquée" explique-t-elle. "J'avais coupé mes cheveux. J'ai commencé à porter la galabeya, un turban et des chaussures d'homme pour chercher du travail. J'ai préféré travailler dur, porter des briques ou des sacs de ciment, cirer des chaussures, plutôt que mendier dans la rue pour gagner de quoi vivre et faire vivre ma fille et ses enfants. Pour me protéger des hommes, de leurs regards méchants et ne pas être stigmatisée à cause des traditions, j'ai décidé d'être un homme… de m'habiller comme eux et de travailler avec eux dans les villages où personne ne me connaissait" confie-t-elle à Al-Arabiya. Et c'est ce qu'elle fait durant 43 ans!

Après des années de dur labeur à travailler dans les champs et dans la confection de briques, aujourd'hui, Sisa s'est mise à cirer les chaussures dans la gare de Louxor près de son village natal. Grace à ce travail, elle peut continuer à prendre soin de sa fille ainsi que de son gendre, invalide. Malgrè sa santé fragile, Sisa ne compte pas s'arrêter de travailler et encore moins se reconvertir en femme. Elle assure vouloir garder ses vêtements d'homme "jusqu'à la mort"!

Une histoire surprenante et remarquable qui ne manque pas d'attirer l'attention et l'admiration du président égyptien qui a tenu à récompenser cette mère courage dimanche dernier, le lendemain de la Fête des mères, en lui remettant une médaille de "la mère travailleuse exemplaire" et une récompense de près de 50 000 livres égyptiennes soit environ 6 000 euros.

 

 

]]>