Hommage Posthume : Saida Elloumi, pionnière en création et confection féminine, artiste et défenderesse de la femme active tunisienne s’est éteinte le 26 Juin 2019

0
921

Celle qu’on surnommait « Victime de la mode » début des années 70 en Tunisie s’est éteinte le 26 Juin 2019 à l’âge de 69 ans.
En sa mémoire, « Femmes de Tunisie » lui rend un hommage posthume le 26 juin 2020 en révélant son parcours, son engouement très précoce pour la mode dans une Tunisie où ce domaine était quelque peu méconnu, et son engagement sans faille pour la femme active !

Saida Elloumi cache derrière son regard un patrimoine artistique, une connaissance empirique du vêtement féminin, des collections avant-gardistes et des traces inoubliables d’une passion incommensurable pour son métier.
Sa démarcation remonte à son adolescence où en parallèle de ses études secondaires (Lycée de jeunes filles de la rue de Russie à Tunis), elle maintenait dans sa table de chevet son livret de dessins de modèles, mélangeant couleurs et styles jusqu’à leur réalisation depuis le croquis à la sortie de pièce. En effet, elle ne lésinait pas à participer aux manifestations vestimentaires et à réaliser d’elle-même des pièces hors du commun pour sa maman, ses sœurs et ses amies en bouleversant leurs habitudes vestimentaires et ce, dès les années 60.


Saida Elloumi, posant pour Fella à l’hôtel Baie des Singes en 1967.

Avant dernière d’une grande fratrie, cette tunisienne se lance en 1970 dans des études de Stylisme-Modélisme-Création vestimentaire à l’Ecole Guerre Lavigne Paris (ESMOD) après un passage à l’Ecole Beaux Arts de Genève, jusqu’en 1973, date de son retour en Tunisie où elle se marie et met au monde deux enfants Karim et Neila. Tout en poursuivant ses recherches personnelles, elle poursuit sa trajectoire en imprimant son style et sa personnalité dans cette Tunisie où la révélation de la femme dans sa vocation artistique en matière de mode était quelque peu refoulée. Son rêve était alors de créer sa propre structure avec un groupe de jeunes femmes dynamiques, qu’elle savait s’inspirant du terme « féminin » jusqu’au bout. Ce rêve devient réalité en 1980 où les portes de son entreprise qu’elle baptise « FEMINA 2000 » ouvrent et la font compter parmi les premières et plus jeunes femmes chefs d’entreprise en Tunisie. Elle se voulait moderniste dans sa gamme vestimentaire (Salopette, Vestes et Manteaux typePatchwork, pantacourt-jupe…) tout en gardant la touche de son pays et c’est ainsi qu’elle n’hésitait pas à revisiter le Burnous, le Sarwel, la Fouta-Blouza, voire le Caftan mais également tout type d’accessoire qu’elle pouvait marier à son modèle et ce, tout en le concevant d’elle-même. Eprise d’art et de passion pour son métier, elle développe une clientèle privée tant en Tunisie qu’à l’international pour confectionner des collections axées femme et enfant dans toutes leurs circonstances. Répondant rarement aux manifestations, elle demeure très indépendante et poursuit sa volonté de métamorphoser les us et coutumes du textile et de l’habillement en Tunisie. Ayant déjà créé sa propre marque et façonné son style, elle finit par se révéler au grand public au travers de défilés de mode opérés en Tunisie, en Europe et au Moyen Orient. Elle aborde la mode et les tendances avec une devise qui lui est propre « ne jamais ressembler à l’autre et oser » et en favorisant la revisite de tissus. Elle s’inspire de ses ancêtres en maintenant sa touche orientale dans une forme et allure modernistes défiant ainsi les dogmes des habitudes vestimentaires tunisiennes. Sa touche se distingue de par sa sensibilité et son anticipation aux couleurs d’une saison, son attrait au buste féminin et aux matières qu’elle sélectionne, devant s’allier à cet ensemble. Elle ne lésine pas à habiller la femme active et mondaine voire à la relooker et lui donner confiance dans son style. Ses mannequins ne tarissent d’éloge à son égard tant elle a su leur apprendre à se valoriser et se révéler dans leur démarche et allure lors de fashion show.
A l’occasion du premier anniversaire du décès de Saida Elloumi, sa fille pose devant l’objectif de la photographe Ons Abid pour révéler quelques modèles de sa dernière collection.


Sarwel rouille soie sauvage avec gilet brodé, top mousseline vert
Robe cocktail dentelle et soie vert anis

Son passage ne s’est pas limité à son univers. Elle évolue dans un milieu familial prônant la valeur éducation et travail, et aimant la Tunisie avec force et engagement. Elle puise sa curiosité, son agilité, son ouverture d’esprit et son intuition dans sa matrice familiale maternelle (famille Ladgham) lui donnant ainsi des qualités de « meneur ». Début des années 90, elle créée une seconde société de contrôle qualité dans le textile, offrant ainsi des opportunités d’emplois à une 60 aine de femmes.
Fervente défenderesse de la position professionnelle féminine en Tunisie, elle est très active au sein de l’UTICA pour toute manifestation et action favorisant le développement de son secteur en Tunisie ; mais aussi membre fondateur de la Chambre Nationale des Femmes Chefs d’entreprise de Tunisie (CNFCE). Elle n’hésite également pas à encourager la jeunesse tunisienne dans l’entreprenariat et est membre actif du Mentoring de celle-ci pour la guider et contribuer à faire de certaines jeunes entrepreneuses ce qu’elles sont aujourd’hui au travers de conseils et trajectoires de mise en œuvre. Elle contribue en France à la rédaction d’un chapitre de la première édition du livre de l’association La Route de la Soie pour y révéler ses secrets de réalisation en matière de mode (Ouvrage « Merveilles du Caftan » -Editions Marsam, date de publication 2012) initiant ainsi l’activité de l’association et de l’Oriental Fashion Show (Paris) dont elle fut une fervente supporter et activiste. Elle n’a de cesse d’être au fait des manifestations, des salons, et de tout ce qui englobe la trace de la mode féminine et sa révélation tout en laissant le chemin libre à la jeunesse montante tunisienne avec tous ses encouragements. Sa carrière se poursuit également par une réelle volonté de transmission du savoir et se positionne en Consultante Formatrice en Textile et Habillement.

Son Style : Chic et choc

Sa devise : Ne jamais ressembler à une autre

Sa phrase maître : Il faut aimer passionnément sa vocation

Saida Elloumi veuve Docteurr Chedly Elloumi disparaît le 26 juin 2019 des suites d’un arrêt cardiaque.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here