Hend Sabry prendra bientôt les armes pour aller en Syrie dans « Fleur d’Alep »

0
1343

Hend Sabry prendra bientôt les armes pour aller en Syrie. L’actrice tunisienne se mettra dans la peau de Salma, une mère dont le fils désemparé s’en va au Djihad. La jeune femme se partage la tête d’affiche avec Hichem Rostom, Mohamed Ali Ben Jemaa et Badis Béhi dans le dernier long métrage de Ridha Béhi : « Fleur d’Alep ».

Après « Always Brando » sorti en 2011, Ridha Behi revient bientôt avec ce long métrage traitant d’un sujet sensible et poignant : « l’endoctrinement des jeunes tunisiens partis faire le Jihad en Syrie ».

https://www.youtube.com/watch?v=Uqq8_moNZjg

Ridha Behi, sociologue de formation, avoue avoir été bouleversé par la mort de deux jeunes frères qui étaient ses voisins dans le quartier de la Marsa. Les deux jeunes hommes étaient partis au Jihad pendant l’été 2013. L’un faisait des études de médecin, l’autre était physicien.

12795270_1546949388931490_7156603697648926929_n 12799226_1546949558931473_6988756527241285952_n 12806005_1546949978931431_3121041156192060922_n 12806080_1546949948931434_8275160211829256844_n 12821414_1546949478931481_1631139320101830556_n 12832445_1546949398931489_7191531338680557376_n

Inspiré de l’actualité de l’embrigadement de nos jeunes par les extrémistes, Ridha Béhi nous présente l’histoire de « Salma (Hend Sabry), 37 ans, ambulancière. son travail l’accapare énormément et la met constamment en contact avec la dure réalité de la société tunisienne. Hicham, son mari, un artiste-sculpteur de 55 ans dont le comportement alternant agressivité éthylique et passivité ont convaincu Salma de le quitter.

Ils ont un fils unique Mourad, 17 ans, un garçon doux, élevé en partie en France puis en Tunisie, qui ne vit pas très bien son retour. Le divorce de ses parents n’arrange rien. Sans repères, il trouve auprès des salafistes une nouvelle famille. Il se détourne de sa mère et disparaît. Après quelques jours d’attente et de recherche, Salma reçoit un coup de fil de Mourad l’informant être parti en Syrie combattre aux côtés des djihadistes islamistes.

À l’instar de nombreux parents qui, aujourd’hui, de Tunis à Bamako en passant par Paris, n’admettent pas que leur enfant aille tuer ou se faire tuer au nom d’Allah, Salma décide de partir en Syrie à la recherche de son fils.

Elle franchit la frontière syrienne via la Turquie et se fait passer pour une militante de la cause islamiste.

Salma va travailler sous la houlette de jabhat al-nosra, groupe djihadiste de rebelles armés affilié à al-qaida, à qui elle cache sa véritable motivation… au chevet des blessés, au milieu des concubines, ou derrière les fourneaux, son sérieux est à la mesure de son désir de retrouver son enfant qu’elle sait dans les parages. Arrivera-t-elle à retrouver son fils et parviendra-t-elle à le faire sortir de l’enfer syrien ? »

Le film qui dure 105 minutes, sera projeté bientôt dans les salles tunisiennes.