Ce sont des nuits interminables où vous vous trouvez à marcher debout des heures durant, bébé dans les bras que rien ne semble calmer. Il a pourtant bu son biberon et est propre. Puis la crise de pleurs et de hurlements passe, bébé dort enfin…dans vos bras. Car dès que vous le posez, il se réveille et se remet à pleurer. Cela peut encore durer toute la nuit. Et si par chance, il accepte de dormir dans son lit, ce n’est jamais pour plus d’une heure ou deux, de jour, comme de nuit. Cette description peut ressembler au quotidien d’une maman dont le bébé souffre de reflux gastro-œsophagien, plus communément appelé « RGO ».

Et s’il y a un premier souci avec le RGO, c’est bien la difficulté de le détecter et de le diagnostiquer par les parents et le corps médical. Femmes de Tunisie fait le point sur cette pathologie qui transforme la vie de parents et du bébé en enfer.

Lorsqu’on parle de reflux chez bébé, nous pensons directement à des vomissements et des régurgitations fréquentes et douloureuses. Ceci est vrai pour un nourrisson qui souffre de reflux externe. Mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’un bébé peut souffrir également de reflux interne, donc sans régurgitations et sans vomissements. Ce dernier est difficile à détecter et à diagnostiquer. Ce sont les parents qui doivent bien observer leur petit bout et ses réactions, pour pouvoir décrire un tableau juste au médecin, grâce auquel il pourra statuer si reflux il y a ou pas.

Reflux interne ou externe

Si bébé présente des douleurs et est irrité pendant la tétée ou la prise du biberon, s’il a des troubles de sommeil, s’il a des troubles respiratoires, tousse beaucoup ou a des bronchiolites à répétitions, s’il mâchouille dans le vide, ne supporte pas la position allongée et s’il se cambre en arrière quand vous l’avez dans les bras, vous pouvez soupçonner un reflux interne.

Les régurgitations et les vomissements peuvent être tout à fait normaux s’ils ne sont pas fréquents, ni douloureux et s’ils sont immédiats après le boire. Dans le cas contraire, vous pouvez bien sur penser à un reflux.

Si votre bébé a un gain de poids insuffisant, que ses vomissements sont en jet ou qu’ils sont teintés de bile, s’il y a des traces de sang dans les régurgitations, consultez rapidement. Il pourrait s’agir d’une œsophagite, c’est-à-dire une inflammation de l’œsophage  à cause de l’acide gastrique qui remonte.

Quel traitement pour le RGO

Dans la plupart des cas, le traitement du reflux se fait progressivement. Le recours aux médicaments est à prévoir en dernier. Vous pouvez commencer par adopter certains gestes :

1 : Fractionner les biberons. Au lieu de donner un biberon de 180ml toutes les 3 heures, vous pouvez donner un bib de 90 toutes les 1 heure 30, deux heures.

2 : Opter pour un lait épaissi

3 : Tenir bébé en position verticale pendant au moins 20 minutes après le biberon. Vous pouvez même le lui donner dans cette position

4 : Faire dormir bébé sur un plan incliné

5 : Veiller à ne pas trop serrer les couches de bébé sur son abdomen

Le médecin pourra vous prescrire des pansements gastriques à administrer entre les tétées. Pour un reflux plus intense et mal géré par le bébé, le médecin peut prescrire des IPP-Inhibiteurs de la Pompe à Protons qui vont réduire la production d’acidité gastrique.

Sachez enfin qu’un reflux chez le bébé commence à disparaître vers les 9 mois, au moment où le petit bout peut se tenir assis et fini par partir complètement avec la marche dans la plupart des cas. En attendant, armez-vous de patience et d’une écharpe de portage et surtout faites vous aider.

 

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?