Gabes Cinema Fen, le festival s’organise pour présenter sa 2ème édition en ligne

0
111

Dans un contexte où quasiment tous les événements culturels viennent d’être annulés, un festival, Gabes Cinema Fen, brasse à contre courant, proposant une alternative aussi originale que courageuse. Un festival en ligne. Pas bête, mais pas évident non plus.

Le 14 mars dernier, et au vu des mesures prises par l’Etat pour contrer la propagation du Cornoavirus, l’équipe organisatrice du Festival annonçait officiellement cette décision de digitaliser cette deuxième édition prévue initialement du 3 au 11 avril 2020 dans la ville de Gabès. « En raison de la conjoncture actuelle du pays, Gabes Cinema Fen et son équipe ont décidé de transformer cette deuxième édition initialement prévue du 3 au 11 avril 2020 en un festival en ligne. » Peut-on lire en épinglé sur la page Facebook du festival.

« C’est presque parti d’un blague. » Explique Ghofrane Heraghi, Coordinatrice générale du festival. «  On était entrain de finaliser les derniers préparatifs. Pour ma part, je commençais à prendre mes précautions concernant le virus émergent. J’avançais sur certaines tâches tout en laissant les plus lourdes pour plus tard, histoire de voire comment vont s’organiser les choses au fil des jours. Et puis lorsque ça commençait à se corser, et que la décision de reporter se faisait pressante, Mootez Thabti, du département communication balançait : Et si on faisait tout en streaming ? »

Une solution courageuse et qui a le mérite de maintenir un bébé festival qui s’installe. A Gabès, les habitants attendent désormais ce rendez-vous avec impatience. Les jeunes sont mobilisés, une bonne partie étant bénévole, pour redynamiser la ville, mais aussi pour donner accès à la culture et au cinéma aux jeunes de la région.

« C’est parti d’une blague, mais on s’est vite aperçu que ça pouvait être LA solution si les choses continuaient à se corser. » Renchérit Ghofrane. Ce qui a vite été le cas. Mais comment se réorganiser avec ces nouvelles conditions de mise en place ? « Nous avons checkés nos partenaires pour voir ce qu’ils pensaient de cette idée et surtout comment ils pouvaient nous aider. La question était de savoir qu’est-ce qu’une telle organisation demandait ? Une connexion à haut débit, une plateforme cinématographique… »

Une vraie ré-organisation

Dans ce nouveau Gabes Cinema Fen, tout le monde a mis la main à la pâte. L’opérateur téléphonique partenaire-Tunisie Telecom- a promis de mettre à disposition une connexion haut débit et des datas gratuits, la SFBT a proposé la distribution de boissons gratuitement. Un autre type de partenariat a été mis en place avec Artify, la plateforme tunisienne de cinéma, qui propose déjà 80 films tunisiens en ligne. « Ils ont tout de suite accepté. Et puis ça a rassuré les distributeurs de films, puisque c’est une plateforme sécurisée. »

Ainsi, les rendez-vous de projections seront maintenus à la même date et à la même heure. Tout comme les rencontres et débats avec les équipes des films, qui se feront cette fois en ligne.

…Et une communication 100% digitale 

La communication aussi a du être repensée. Fini les tractations sur terrain, la distribution de flyers et autres moyens de communication dans les espaces publics. « Tout est digital désormais. » Explique Ghofrane, « Nous avions de nombreux partenaires et bénévoles sur terrain, notamment à Gabès. On devait sortir, faire du porte à porte, communiquer sur place…Aujourd’hui, nous nous réorganisons différemment, sur le net, les réseaux sociaux, et en contactant diverses associations et autres clubs pour voir comment ils peuvent nous aider sur ce volet. »

Mais un festival de cinéma, ce n’est pas uniquement des projections. Pour Gabes Cinema Fen, El Kazma, volet numérique de l’événement, sera maintenue moyennant une nouvelle réorganisation. « EL KAZMA, à travers le regard des vidéastes d’aujourd’hui, offre une variété de points de vue sur le monde contemporain. Sans exclusivité de thématique ni choix d’axe privilégié. » C’est ainsi qu’est présentée cette partie du festival dans laquelle était prévue une exposition sur la corniche, dans les conteneurs et dans les cafés de la ville de Gabès. « Les artistes ont eu la gentillesse d’accepter que tout passe en mode Art Vidéo en ligne. Après, il reste la partie Réalité Virtuelle qui sera probablement décalée. Nous avons entamé il y a une semaine un atelier en écriture cinématographique immersive VR avec les étudiants en audiovisuel de l’ISAM et de l’ISIM de Gabès, en partenariat avec AJAR et animé entre autres par Florian Pannetier. Les jeunes devaient tourner leurs films durant le festival et présenter le résultat devant un jury. Cette partie sera probablement reportée pour une période ultérieure. »

▪️Ala Eddine Slim علاء الدين سليم ▪️The Stadium▪️Tunisia Tunisie تونس#GCFEN2020 #تعالا_شوف

Gepostet von ‎Gabes Cinema Fen – قابس سينما فن‎ am Donnerstag, 12. März 2020

Evidemment, tout n’est pas « digitilisable ». Les ateliers panels, les masters class, les cycles de formations etc. toute cette partie sera reportée. « Mais ce n’est pas plus mal. Nous avons toujours pensé le festival sur la durée, étalé sur toute l’année. Voilà que ça se met tout seul en place. S’il y a du positif à retenir, c’est que notre objectif était aussi de former des jeunes de Gabès pour qu’ils tiennent les rennes de leur festival. Cette conjoncture est une occasion de leur montrer qu’il ne faut pas baisser les bras, qu’il faut savoir être novateur, chercher la solution. »

Gabes Cinema Fen en live et on line ? Pourquoi pas ? Le festival a été mis en place pour répondre à un besoin en particulier, celui de démocratiser et de vulgariser la culture aux habitants de Gabès en la leur rendant accessible. Voici une occasion en or pour que cela se fasse à plus large échelle : Thala, Kasserine, Jendouba etc. tous pourront profiter pour voir des films de premier choix, visiter des expos en ligne et suivre des débats enrichissants.

« Retrouvez aussi ce sens de l’essentiel. Je pense que c’est important dans les moments que nous vivons. La culture, l’éducation, le sens des choses est important. » disait Emmanuel Macron hier dans son discours pour annoncer les nouvelles mesures prises pour faire face à la prolifération du Coronavirus en France. Chiche !