Le nouveau gouvernement de Youssef Chahed mise sur la compétence des jeunes et des femmes. Du moins, c’est ce qui a été déclaré samedi dernier lors de la conférence de presse donnée par le premier ministre à l’occasion de l’annonce de la composition du nouveau gouvernement d’union nationale. 8 femmes et 5 jeunes de moins de 35 ans vont essayer de relever le défi de sortir la Tunisie de la crise. Pour Femmes de tunisie, nous retenons ce chiffre : 8 femmes ; 6 ministres et 2 secrétaires d’Etat dont une partie a déjà participé aux précédents gouvernements, à l’instar de Salma Elloumi, Samira Merai, ou encore Majdouline Cherni. Voici un focus-récap sur le parcours de ces dames, en attendant des rencontres et des interviews plus approfondies.  Vous pourrez consulter les premières parties ici et ici. 

Salma Rekik-Ministre du tourisme et de l’artisanat

selma-ellomi

Née le 5 juin 1956, Salma Elloumi Rekik n’était pas prédestinée à faire de la politique. Diplômée en management de l’institut supérieur de Tunis, la jeune femme intègre l’entreprise familiale (groupe Elloumi). Elle se spécialise dans l’agroalimentaire en dirigeant l’entreprise Stifen dans la région du Cap Bon. Apres 20 ans d’expérience au même poste, Salma Elloumi devient une vraie businesswoman. Et ce n’est qu’après la chute de l’ancien régime, qu’elle s’intéresse peu à peu à la politique.

« Après la révolution, tout a changé. Je pense que tout le monde s’est intéressé à la politique. Il y avait beaucoup d’enjeux et trop de risques pour l’avenir de nos enfants pour rester les bras croisés. Je ne pouvais pas manquer d’intervenir après cette étape historique de notre pays.» a-t-elle déclaré lors de notre interview en 2014.

En 2012 lorsque le parti politique Nida Tounes est créé, Salma Elloumi s’y engage rapidement et devient membre exécutif du parti. En 2014, elle propose sa candidature aux législatives où elle parvient à être députée à l’Assemblée des Représentants du Peuples (ARP). En 2015, Salma Elloumi est nommée ministre du tourisme et de l’artisanat dans le gouvernement de Habib Essid et remplace ainsi Amel Karboul. Face à une vague d’attentat au pays, le tourisme est encore touché de plein fouet et le rôle de Salma Elloumi devient encore plus conséquent. La même année, elle décroche le prix de la femme d’influence tunisienne. En 2016, le tourisme connait une légère amélioration. Un résultat qui lui a peut-être valu d’être renommée au même poste au gouvernement de Youssef Chahed.

Faten Kallel-Secrétaire d’Etat à la Jeunesse

faten-1

Consultante en management, Faten Kallel vient d’être nommée secrétaire d’Etat à la jeunesse dans le nouveau gouvernement Chahed. Elle travaillera pour le coup en étroite collaboration avec Majdouline Cherni, ministre de la Jeunesse et des Sports. Deux femmes, deux jeunes de moins de 35 ans, et un ministère pour gérer les affaires des jeunes.

Afekiste d’affiliation politique, Faten Kallel est diplômée l’Université de Carthage-université publique de droit, d’économie et de gestion- et obtient une maitrise en Hautes études commerciales, Compatbilité et Finance. Durant les années 2014 et 2015, Faten Kallel suit un MBA à  l’Université Paris Dauphine.

Entre 2007 et 2015, elle travaillera pour différentes entreprises, notamment pour le groupe BFI Tunisie en tant que consultante, la boîte de consulting Altime Associates, ou encore Grant Thornton Consulting Tunisie et Deloitte Tunisie.

Après avoir rejoint le parti d’Afek Tounes, Faten Kallel se présente en octobre 2014 aux élections législatives sur la liste du parti Afek Tounes pour la circonscription de Tunis 2. Elle ne passera mais en février 2015, elle est nommée Chargée de l’organisation et des réformes administratives au sein du ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale Tunisien. Elle y travaillera pendant 6 mois avant de rejoindre le programme de Smart Tunisia.

Depuis aout 2015, elle est chargée du suivi global du programme destiné aux entreprises du secteur de l’offshoring, avec pour objectif la création de 50.000 emplois en cinq ans dans les domaines de l’offshoring, du nearshoring et de la colocalisation dans le cadre d’un partenariat public-privé.

Naziha Labidi-Ministre de la femme, de la famille et de l’enfance

Naziha-Labidi-une

Naziha Labidi succède à Samira Marai au poste de ministre de la femme, de la famille et de l’enfance. Un ministère qu’elle connait bien étant donné qu’elle y a passé une bonne partie de sa carrière. En effet, entre 2005 et 2011, l’actuelle ministre a occupé le poste de directrice de la promotion de la femme sous Ben Ali. Et entre 1999 et 2004, Naziha Labidi a été  directrice de la Coopération internationale au sein du même ministère. Youssef Chahed a donc décidé de choisir une femme d’expérience dans les affaires de la femme en Tunisie.

Naziha Labidi a fait ses études universitaires en France. En effet, l’actuelle ministre a suivi un premier cycle en sciences juridiques, droit de l’Homme à l’université Panthéon Assas. Elle est également titulaire d’un Diplôme d’Etudes Approfondies de la Sorbonne.