Comme chaque année, le rendez-vous des cinéphiles en été se passe incontestablement à Kélibia. Le Festival International du Film Amateur de Kélibia, ou FIFAK pour les plus intimes, rassemble tous les ans des centaines de festivaliers entre professionnels et amateurs pour célébrer le 7ème art.

La 33ème édition, cette année sous le signe du militantisme et du pluralisme avec des soirées spéciales dont une dédiée au cinéma palestinien, a démarré dimanche dernier avec un magnifique coup d’envoi au théâtre plein air de la maison de la culture.

Mais dès la matinée du dimanche 12 aout, la blanche respirait déjà l’art et l’échange. Étudiants, cinéastes, techniciens, journalistes, artistes de tous bords étaient rassemblés pour profiter de cette semaine délicieusement cinématographique. Sans chichi, parfois même en short et tongues, le théâtre s’est rapidement rempli de ses fidèles.

22h30, la cérémonie d’ouverture commence. Avec un peu de retard certes, mais le contenu y est. On nous présente tout dans les détails : l’esprit du festival, mais aussi son contenu. Les films en compétitions, mais aussi les OFF, les workshops, les débats etc.

Cette année, le FIFAK comptera la participation de 79 films issus de 23 pays parmi plus de 2700 films ayant présenté leurs candidatures. C’est dire l’importance qu’a pris le festival durant ces 5 dernières décennies. Quant aux œuvres tunisiennes, 19 seront projetées pour la première fois.

Sur scène, les maîtres de cérémonies, Habib Trabelsi et Rim Lengliz, nous ont également présentés les membres du jury international et national, composés comme suit : l’artiste libanaise Oumaima El Khalil, l’acteur tunisien Ahmed Hefyen, la cinéaste française Claude Ibrahimoff, la comédienne Ivoirienne Naky Sy Savané et le réalisateur italien Eugenio Cappuccio pour les longs-métrages. Et pour la compétition nationale, le jury sera composé de Souhir Ben Amara, Rabii Zamouri, Sofiane Rekik et Lassaad Oueslati et Bochra Ijork.

Bien organisée, la cérémonie d’ouverture ne s’est pas éternisée. Dynamique et complète, elle contenait toutes les informations importantes relatives au festival avec de jolies projections de mini-vidéos pour alimenter son contenu. Mention spéciale à la bande annonce et à l’affiche de cette édition.

Et pour nous donner un avant-goût de la programmation cinématographique, une projection de « Wajib » de la réalisatrice palestinienne Anne-Marie Jasser a suivi la cérémonie. N’ayant pas pu se déplacer, l’artiste a tenu a enregistrer une vidéo pour le public du festival. Cependant, Mohamed Bekri, le héro du film, était présent pour donner un petit mot avant la projection.

Le festival se poursuivra jusqu’au 18 aout. Entre temps temps, vous pouvez profiter pour assister à la soirée spécial Palestine ce soir avec deux films: Gaza-n’est pas bon pour la projection et Le perroquet. Un groupe de musique palestinien jouera également en Off du festival. Et pour tout connaître du FIFAK, vous n’avez qu’à télécharger l’application mobile dédiée au festival, grande nouveauté de cette édition.

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?