Clap de fin pour la Fashion Week Tunis 2018. Pour clôturer cette 10ème édition en beauté,  un marché des créateurs a été ouvert au public dès 14h dans l’enceinte de l’Amphithéâtre de Carthage afin de faire découvrir les créations de jeunes designers tels que Sofia Bessi, Samym, Rahma Nejah, Le Bazar Store et plein d’autres. Au cours de la soirée, ce sont 5 défilés qui ont été programmés en plus d’une projection hommage à Azzedine Alaïa et un boxe show pro fight pour mettre les spectateurs en haleine. Toutefois, si l’animation proposée partait d’une bonne intention, les retards ainsi que l’animation en elle-même ont impatienté les invités qui n’attendaient qu’une seule chose : que le premier défilé commence.

Après plus d’une heure de retard, c’est Achraf Baccouche qui ouvre le bal dans une ambiance gothique sur le tube Ameno d’Era. Un à un, les mannequins au teint blafard ont commencé une marche lente et ralentie ce qui a permis à l’assistance de voir tous les détails des créations du jeune designer. Couleurs sombres, fleurs, volants, tafta, tulle, broderies et quelques sequins ont caractérisé cette collection aux influences gothique, baroque et glam rock.

On enchaîne alors sur le tant attendu défilé de Tunisair. En effet, pour les 70 ans de La Gazelle, nous avons eu droit à toutes les tenues portées par les membres de l’équipage et ce, depuis la naissance de la compagnie nationale. Rappelons d’ailleurs au passage que des grands noms de la mode comme Christian Dior et Pierre Cardin ont signé quelques tenues de Tunisair. Les mannequins ainsi que de vraies hôtesses de l’air ont alors commencé à défiler dans de belles tenues colorées de chaque décennie : jaune, bleu, orange, rouge, bleu marine…la belle surprise a été le passage de Najla Ben Abdallah qui est à la base hôtesse de l’air chez Tunisair et qui a été longtemps applaudie par le public.

Petite pause entre deux défilés avec la projection de « Collection catwalks » en hommage à Azzedine Alaïa et à son parcours exceptionnel avant d’enchaîner avec le défilé de Marco Rambaldi. Le jeune designer italien a déjà roulé sa bosse avant de participer à la Fashion Week Tunis puisqu’il est l’un des finalistes du concours « Who’s On Next 2017 » organisé par Alta Roma et Vogue Italie. Pour son défilé à Carthage, Marco Rambaldi a présenté sa collection automne-hiver 2018/2019 aux couleurs chatoyantes et aux belles matières. On a d’ailleurs adoré le manteau couleur rouille, les longs cache-cols jaune moutarde à message ainsi que les collants, bottes et bottines à motif léopard. Une collection qui nous a donné envie de remettre nos vêtements d’hiver !

Pour la Collection Nationale cette année, c’est le créateur Hedi Benma qui a présenté ses créations dont le denim a été la matière phare. Hauts oversized, salopettes, pantalon en patchwork…le créateur a fait la part belle au jean en le réinterprétant à sa manière.

C’est finalement Braim Klei qui a clôturé cette 10ème édition. Malgré un incident sonore survenu pendant le fashion show, le défilé a quand même été poursuivi. Lignes épurées, coupes simples, créations minimalistes, la collection inspirée du Japon n’a laissé personne indifférent. Fidèle au noir, sa couleur fétiche, Braim a su en faire sa marque de fabrique en proposant des modèles classiques avec un brin de fantaisie au niveau des tissus et des coupes. Toutefois, pour cette collection, le blanc a gagné du terrain avec de belles robes chemises, des hauts graphiques, des hauts kimonos et de belles robes courtes que l’on portera sûrement cet été. Bravo l’artiste !

 

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?