Envoûtante Marrakech

0
413

Près de 5.000 étrangers résident à Marrakech, parmi moins d’un million de Marocains et cet engouement date du classement en 1985, par l’Unesco, des médinas de Marrakech et de Fès au patrimoine culturel mondial. Cette reconnaissance patrimoniale internationale a mis la ville de Marrakech sur la carte des touristes de distinction qui ont découvert une cité du passé d’une beauté inoubliable, certes à l’époque fanée, mais qui ne demandait qu’à être mise en valeur. Depuis, les touristes ont afflué. Ils étaient plus d’un million et demi en 2014, sans compter les visiteurs nationaux, attirés désormais par cette splendeur au pied de l’Atlas. Les riads abandonnés ont fait place à de merveilleux palais ou hôtels de charme restaurés. C’est dans cet environnement doré que nous allons vous conduire.

Les bâtiments historiques

Maroc_Marrakech_Saadiens_Luc_Viatour_5

La Koutoubia, symbole majeur de la ville, se distingue par les quatre boules cuivrées du minaret et par son élégante structure de briques rouges datant du XIIe siècle. On ne peut qu’admirer les ornements floraux et épigraphiques de sa décoration magnifiée par un réseau serré d’entrelacs en reliefs. La Koutoubia ne se visite pas mais vous pourrez vous promener dans les splendides jardins tout autour. Le deuxième lieu symbolique à visiter est la Medersa Ben Youssef, cette école coranique somptueuse où l’on peut admirer la beauté de l’art saâdien avec des motifs décoratifs assemblés pour que tous les sens soient en éveil : le bois splendide est du cèdre en provenance de l’Atlas. N’oublions pas de remarquer les mosquées de la Médina, celle de la Casbah, la mosquée aux pommes d’or, qui date du XIIe siècle. Édifiée sous le règne du sultan Yacoub El Mansour, elle est située près d’une ancienne porte de Marrakech, Bab Aguenaou. L’un des rares vestiges de l’art mérinide est la zaouïa de Sidi Ben Salah qui date de 1321.

Les souks

Maroc_Marrakech_Souk_Luc_Viatour_1

Dans cette médina, les souks sont un must à ne pas rater. Le succès touristique croissant de Marrakech a durablement revigoré la médina en attirant de nombreux jeunes marocains au sein de ses dédales. Ainsi, plus de 40.000 artisans y travaillent, répartis dans les différents quartiers thématiques organisant géographiquement la vieille ville. On recense dix-huit souks à Marrakech, où se regroupent potiers, dinandiers, maroquiniers et autres artisans aux productions traditionnelles. Nous vous recommandons le souk coloré des teinturiers ou le pittoresque souk des babouches. Dans le sud de la médina, le Mellah vaut le détour. Cet ancien quartier de Marrakech comptait 36.000 juifs avant 1967. Loin d’être un ghetto, le Mellah regroupait certains corps de métiers qui, au fil de l’histoire de Marrakech, devinrent des spécialités, comme les tisserands. Fondé en 1558 sous le règne de Moulay Abdallah, le Mellah a été édifié à proximité du palais pour bénéficier de la protection du Sultan. Aujourd’hui, seules 250 personnes resteraient dans la communauté et une vingtaine d’habitants seulement dans le Mellah. Ici aussi, un souk avec ses épices, ses tissus, ses bijoux… À l’est du Mellah, un petit cimetière juif qui vaut le détour.

Une place de spectacle : la place Jemaa el Fna

Maroc_Marrakech_Jemaa-el-Fna_Luc_Viatour

Au sortir de la pénombre accueillante des ruelles de la médina, l’éblouissante lumière de Marrakech nous surprend sur la trépidante place Jemaa el Fna. Ce cœur de la ville bat jour et nuit. Marrakech la magicienne mérite ici son surnom : c’est le royaume des conteurs, des montreurs de singes, des charmeurs de crotales, mais aussi des transes des gwanas qui promettent d’exorciser le «mauvais œil» avec le tournoiement du plumet de leur bonnet orné de coquillages. Tout un programme.

Maroc_Marrakech_Bahia_Luc_Viatour_1

Deux palais méritent votre visite. Le Palais de la Bahia qui est un chef-d’œuvre de l’architecture marocaine et dont la construction remonte à la fin du XIXe siècle. Comme la plupart des palais arabes, il renferme de beaux jardins et de jolis patios. Plus ancien, datant du XVIe siècle, le Palais El Badi a été édifié par le sultan saadien Ahmed al-Mansur Saadi pour célébrer sa victoire sur l’armée portugaise en 1578 dans une bataille connue sous le nom de « Bataille des Trois Rois ».

Maroc_Marrakech_Bahia_Luc_Viatour_2

Nous plébiscitons les promenades dans les jardins de Marrakech, comme la Ménara. Ce vaste jardin planté d’oliviers possède en son cœur un magni que bassin au pied d’un pavillon. Cette étendue d’eau sert de réservoir pour irriguer les cultures. D’autre part, les Jardins de l’Agdal jouxtent par le sud le Palais Royal. Ce sont les jardins les plus anciens de la ville, créés au XIIe siècle. Les grenadiers, orangers et oliviers sont irrigués grâce à plusieurs réservoirs remplis d’eau du Haut Atlas. Avec ses 100.000 arbres, principalement des palmiers, sur environ 15.000 hectares, la palmeraie de Marrakech ne pourra être évitée dans vos pérégrinations écologiques et festives, tout un univers pour le voyageur.

Maroc_Marrakech_Majorelle détail bleu_Luc_Viatour_11

On ne peut quitter Marrakech sans faire une longue visite au superbe jardin Majorelle, du nom de son créateur, le peintre français Jacques Majorelle. C’est un jardin botanique créé en 1931 dans le quartier du Guéliz, autour de la maison de l’artiste peinte dans son bleu outremer caractéristique. Structuré autour d’un long bassin central avec plusieurs ambiances variées, ce jardin est une œuvre d’art vivante en mouvement, composée de plantes exotiques et d’espèces rares rapportées de ses voyages de par le monde. Ce jardin extraordinaire est orné de fontaines, bassins, jets d’eau, jarres en céramique, allées et pergolas… un vrai paradis.

Pour terminer ce parcours culturel, les collections du musée Dar Si Said, composées principalement d’objets d’art en bois célébrant le Sud marocain avec ses magnifiques boiseries, ses bijoux, ses poteries et céramiques, et sa riche collection de tapis et tissages du Sud. Un périple intense dans l’art régional du Sud marocain… un délice.