Le yoga n’a jamais été aussi populaire en Tunisie. Depuis quelques temps, les cours se multiplient dans les salles de sport, on observe de plus en plus d’événements en plein air, des studios enseignant cette discipline hindoue ont ouvert leurs portes…Certains pensent que cela part d’une envie de décompresser dans un monde où le stress gagne de plus en plus de terrain, d’autres sont persuadés qu’il s’agit d’un effet de mode. Quoi qu’il en soit, le yoga est une pratique qui fait du bien, et c’est pourquoi on a fait appel à Myriam Chibeni, instructrice de Hatha yoga (la forme de yoga la plus pratiquée en ce moment) pour en savoir plus.

Qu’est-ce que le Hatha yoga ?

Le Hatha yoga c’est la forme la plus ancienne du yoga. C’est la base même de cette discipline qui date d’il y a des milliers d’années. Il s’agit essentiellement d’une combinaison entre les asanas, soit les postures du yoga, et les pranayamas, soit les techniques de respiration. La référence c’est le Hatha Yoga Pradipika qui est le plus ancien texte, en sanskrit, sur cette pratique.

Par ailleurs, le Hatha yoga se base essentiellement sur l’alignement de la colonne vertébrale. Selon cette philosophie, tous les maux y sont justement liés. Ainsi, si vous avez une colonne vertébrale saine, tout votre corps est sain.

Cette activité est également issue de la médecine ayurvédique dont le principe est de soulager le corps à travers la respiration et le mental en effectuant quelques exercices.

Qui peut pratiquer le Hatha yoga ?

Absolument tout le monde. Il n’existe aucune contre-indication à la pratique du Hatha yoga. En revanche, toute personne souffrant d’un mal quelconque, tel qu’un problème de lombaires, d’hypertension artérielle ou autres, doit le mentionner avant le cours afin que l’instructeur/instructrice puisse savoir comment corriger les postures et quelles sont celles à éviter.

Le yoga s’adapte donc à tout le monde, à condition de bien prendre son temps pour l’apprendre. D’ailleurs il est important qu’un cours ne dépasse pas 15 personnes, du moins pour les premières séances pour que l’instructeur/instructrice puisse se consacrer à chaque cas. De même, il est important d’essayer plusieurs profs, car il s’agit avant tout d’une question de feeling. D’autre part, il est possible de pratiquer le Hatha yoga seul, mais à condition de bien maîtriser les bases.

Quelles sont les vertus du Hatha yoga ?

Le Hatha yoga ne guérit pas tous les maux, mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une solution qui peut être efficace dans certains cas. En effet, en nous focalisant sur la respiration, nous travaillons énormément le mental, pour toucher ensuite le physique. Le Hatha Yoga nous apprend ainsi comment être conscients de notre corps et de notre action. Et c’est le rôle de l’instructeur/instructrice de faire en sorte que tout disciple atteigne cet état pendant les asanas. Cette pratique nous pousse par conséquent à mieux comprendre notre corps et à mieux nous écouter.

Et si jamais on vous dit que la souplesse est une condition pour pratiquer le Hatha yoga, sachez, qu’au contraire, assouplir fait partie des objectifs de cette discipline.

Aujourd’hui, grâce au yoga, on arrive en outre à gérer ce qu’on appelle les maladies de travail telles que les problèmes de dos, de stress, de concentration, de mémoire, etc.

Comment doit être une journée type d’un yogi ?

On active le corps le matin en pratiquant du yoga. On mange ensuite, de préférence sain, des noix, des dattes, etc. On se douche après pour entamer sa journée. Après le travail, on pratique encore du yoga, on se douche et puis on dîne, toujours sain, tout en tâchant de boire beaucoup d’eau tout au long de la journée.

Si vous aviez des conseils à donner ?

Il est crucial de prendre son temps et d’avancer doucement mais à pas sûrs, que ce soit dans le yoga ou dans la vie en général. De plus, il est primordial de surveiller ce que l’on met dans sa bouche, de veiller à pratiquer une activité physique et d’être attentifs. Ce n’est pas un joli corps qui compte mais un corps sain.

Il est également important de surveiller son entourage, -les personnes qu’on fréquente- car les gens peuvent parfois être toxiques. Encore plus important, il faut savoir prendre du recul, par rapport à tout.

En vous levant le matin, prenez du temps avec vous-même avant de sauter du lit. Émettez quelques pensées de gratitude. Apprenez à être tolérant et à dire « ce n’est pas grave » quand il le faut. Faites une bonne action pour autrui, au moins une fois par jour.

Qui est Myriam Chibeni ?

Myriam Chibeni est une jeune tunisienne, qui a découvert le monde du yoga par hasard, pour ensuite en faire non seulement sa passion mais aussi sa carrière.

La yogini, qui travaillait auparavant pour un cabinet de management opérationnel, raconte que cette passion, d’abord secrète, a commencé il y a environ 9 ans à travers la lecture émanant d’une phase de curiosité et de questionnement dans sa vie. Puis c’est en essayant un cours à Paris qu’est survenu le coup de foudre pour cette discipline.

Elle a enchaîné les stages à l’étranger, -Tolède, Toulouse et Paris-, suite à quoi les circonstances de la vie et les encouragements d’un ange gardien l’ont poussée à partager sa passion avec les autres à travers les cours.

Et c’est là qu’est survenu le chamboulement de sa vie : passer par une période sombre tout au long de laquelle le yoga l’a accompagnée, toucher le fond, pour après en ressortir plus forte.

Myriam Chibeni a récemment été certifiée en Hatha yoga en Inde et au Népal suite à une formation de plusieurs mois par des doctorants en philosophie.  Tout au long de cette formation effectuée dans un ashram, et où la journée commençait à 5h du matin pour se terminer à 21h, des cours pratiques, des cours de philosophie, méditation, etc. se sont succédé.