En photos, l’exposition « L’éveil d’une nation: l’art à l’aube d’une Tunisie moderne » au Palais Ksar Said

0
15767

Plus de 6 mois de travail de restauration, une vingtaine de restaurateurs tunisiens et étrangers, un partenariat public-privé unique et surtout une riche sélection de plus de 200 objets d’expositions entre costumes, toiles, mobiliers, manuscrits, bijoux etc. datant de l’époque des Beys et plus précisément de la période des grandes réformes. L’exposition « L’éveil d’une nation : l’art à l’aube d’une Tunisie moderne » a tout d’une grande. Inaugurée le 27 novembre dernier, l’exposition a lieu au sein du Palais Ksar Said au Bardo jusqu’au 27 février. 3 mois pour reconstruire une mémoire collective expressément occultée les 70 dernières années. 3 mois pour faire revivre un pan de l’Histoire de la Tunisie et pas n’importe lequel, dans l’espoir de l’inscrire dans les esprits des citoyens et des visiteurs.

Derrière cette initiative, un partenariat public-privé entre l’INP (L’Institut National du Patrimoine) et La Fondation Olfa Rambourg qui œuvre depuis sa création pour la promotion de la culture et de l’éducation. La mise en œuvre à été confiée à l’historien de l’art et commissaire d’exposition Ridha Moumni.

1837-1881 est cette période des grandes réformes de la Tunisie. C’est durant ces années que fut adoptée la première constitution du monde arabe en 1861 et que l’esclavage fut aboli en 1846. Ainsi toutes les œuvres témoignant de cette époque, et qui avaient été confinées jusque là, sont actuellement exposées dans l’ancienne résidence de Sadok Bey qui s’y installa en 1869. Après avoir été transformé en centre hospitalier par Lamine Bey en 1951, le Palais Ksar Said fut délaissé et fermé au public depuis près de 70 ans.

Les revenus de l’exposition « L’éveil d’une nation » serviront à terminer la totale restauration du palais.

Voici en photos, quelques œuvres que vous pourrez admirer en allant visiter à l’exposition:

 

 

Crédit Photos: Zinou Hachicha