En Égypte, une légère amélioration contre le harcèlement sexuel

0
453

En Egypte, le harcèlement de rue est bien plus qu’un fléau. Les femmes sont quotidiennement agressées verbalement et sexuellement. C’est simple, selon l’ONU, 99 % des Égyptiennes ont été victimes de harcèlement de rue en 2013. Seulement, la situation est bien en train de changer.

Le mérite revient à Noha Elostaz, première égyptienne à faire condamner son agresseur, Sherif Gebreel. Au volant de sa voiture, ce dernier avait agrippé le sein de la jeune femme qui marchait dans la rue et avait continué à rouler, la traînant sur le sol. Noha s’est battue corps et âme pour le faire condamner passant par des chaînes de télévision et de radio. L’agresseur a fini par écoper d’une peine de 3 ans.

D’autres événements ont montré l’ampleur du fléau, comme l’agression sexuelle d’une jeune femme, en 2014, par une dizaine d’hommes lors d’un rassemblement sur la place Tahrir. Une vidéo qui a fait le tour de la toile et a engendré l’arrestation de 9 hommes, 7 d’entre eux ayant écopé de la prison à vie et deux à 20 ans de prison.

La même année, une loi a été adoptée, criminalisant ainsi le harcèlement sexuel. Depuis, le groupe Nazra for Feminist Studies a remporté plus de 50 affaires de harcèlement.