Dorra Zarrouk, Kenza Fourati…leur dernier hommage au couple tunisien victime de l’attentat d’Istanbul

0
12399

Les Tunisiens ne se remettent toujours pas du terrible attentat survenu à Istanbul le soir du nouvel an et qui a ôté la vie à 39 personnes dont Dali et Senda Azzabi. Sur Facebook, certaines personnalités ont tenu à rendre un dernier hommage au jeune couple tunisien qui laisse derrière lui une orpheline de 5 mois ainsi que deux familles et des amis meurtris par cette tragique disparition. Toute l’équipe de Femmes de Tunisie se joint également à la peine et à la douleur de leurs proches et partage leur souffrance. Qu’ils reposent en paix.

Kenza Fourati : »J’aurai préféré que mon premier post en 2017 soit plus joyeux. Malheureusement, c’est celui d’une tragédie. Une tragédie devenue insupportablement banale…Une fille, une femme, Senda, avec qui beaucoup de souvenirs d’école et de lycée sont partagés est, avec son époux Dali, une des 39 victimes de l’horreur d’Istanbul ce 1er Janvier. Ils laissent derrière eux une orpheline de 5 mois, Chyrine. L’horreur a encore frappé, sans discernement, dans l’incompréhension. Ceux partis célebrer la vie sont partis les premiers. Reina, majestueuse sur le Bosphore, où je chéris tellement de bons moments, est symbole de cauchemars. Il faut s’habituer, la réalite est que personne n’est à l’abri, disent-ils. Mais comment faire de l’horreur, la norme ? Non ! Ils ne nous auront pas ces salauds ! A la vie toujours, à l’amour, à Senda, à Dali, à toutes ces victimes de l’horreur sans visage partout dans le monde…. Allah yarhamhom »

Dorra Zarrouk

Amel Smaoui

A la noirceur de vos cœurs; Le rouge de notre drapeau,
A vos frénésies meurtrières; notre envie de vivre,
A votre ignorance; nos livres,
A votre haine derrière vos écrans; notre bravoure au quotidien,
A vos hurlements sauvages; les rires de nos enfants,
A vos armes; notre amour impuissant
A Senda et Dali…….

amel-smaoui

Yasmine Torgemane : »Sendou Nakaa Azzabi mon amie d’enfance, tu étais si triste de perdre Omar ton frère avec qui j’avais aussi tant de souvenirs, que je n’oublierai jamais !!! Vous aviez le même rire, tu me faisais tellement penser à lui, tu étais si douce, tu étais la joie de vivre, la gentillesse, l’humour, la bienveillance. Les moments se défilent, dans ma tête, tout me revient, tant d’années au lycée, de moments heureux, moins heureux, mais tu étais toujours souriante malgré les coups durs de la vie. Et tu as fais cette belle rencontre. Azz Dali, un homme de valeur, attentionné, bien élevé, si souriant, amoureux…Vous formiez un si beau couple et de cette union est née une petite princesse. Tu avais cicatrisé de la perte de Omar et la vie devenait plus douce. Et le destin, le triste destin, frappe à nouveau ta famille et celle de Dali. Pourquoi, pourquoi ôter la vie à une maman, un papa, une épouse, un mari, un enfant à ses parents, ils avaient un bébé, ils avaient des parents, des frères, sœurs, neveux, nièces, amis. Pourquoi tant de haine et détruire ce que les gens mettent tant de temps à construire ?? En une fraction de seconde, on détruit des vies, on brise des cœurs !! Au nom de l’islam, au nom de dieu, pourquoi dieu à besoin de voyous, de diable tels que ces singes pour faire le travail ! JAMAIS vous ne serez Musulmans, ni d’aucune autre religion. Vous êtes l’incarnation du diable, de l’échec, de la méchanceté, vous êtes noirs de haine et vous brûlerez en enfer !! Nul n’a le droit de toucher à une vie humaine, vous êtes le mal en personne. Je souhaite du fond du cœur que cette année, toute les puissances de ce monde vous écrasent comme vous voulez écraser le monde. Je vous souhaite de périr dans d’atroces conditions et dans la douleur comme la douleur que vous semez autour de vous. Allez tous au diable, vous êtes animés par lui. Retournez de la où vous venez. Dans la logique d’un religieux, on ne s’attaque pas aux musulmans, cela est la preuve que vous ne l’êtes pas ! Mes pensées vont aux familles Azzabi et Nakaa, que dieu vous donne une force incroyable pour survivre et accepter.
La disparition du bas monde est, selon le jugement de Dieu, moins grave que de tuer un homme musulman.
Allâh ta`âlâ dit :
﴿وَمَن يَقْتُلْ مُؤْمِنًا مُّتَعَمِّدًا فَجَزَآؤُهُ جَهَنَّمُ خَالِدًا فِيهَا وَغَضِبَ اللهُ عَلَيْهِ وَلَعَنَهُ وَأَعَدَّ لَهُ عَذَابًا عَظِيمًا ﴾
ce qui signifie : « Celui qui tue un croyant délibérément, sa rétribution est l’enfer où il résidera très longtemps ; Allâh le maudit et lui réserve un châtiment éminent. » [Sôurat An-Niçâ’ / 93] »

couple

Mehdi Kattou : « Ils étaient jeunes, pleins de vie, de rêves et d’aspirations. Ils ont été unis même dans leur départ soudain et horrifiant. Je ne connaissais pas les défunts mais aujourd’hui je suis empli de peine et de douleur, une douleur qui puise sa source dans la détresse de mes amis et proches terrassés et dévastés par ce drame. Un drame d’une telle atrocité qui vient démentir Staline qui disait qu’un mort était un drame et mille mort une statistique. Aujourd’hui, famille, amis ou tout simplement humains compatissants et meurtris par ce départ, perpétueront le souvenir de ce sourire éternel à travers leur ange Shyrine à l’auréole scintillante de lumière…Reposez en paix… »

Sofia Guellaty : »Tu t’habilles, tu te maquilles, ton mari est entrain de se préparer de son côté. Ce soir, c’est la fête dans la boite la plus huppée de la ville. Un appel aux parents pour vérifier que le bébé va bien. Une mère un peu angoissée peut être, c’est vrai que la Turquie c’est un peu dangereux maintenant…Mais non, ne t’inquiète pas maman tout va bien, on sort avec des amis et mon mari, on va pas non plus arrêter de vivre ! A l’entrée, une super sécurité, des vigiles, des flics, un détecteur de métaux. On s’assoit, on danse, on prend un verre on rigole, on s’aime. Et puis le silence. Une balle dans le dos. De l’autre côté de l’histoire, il y a un type qui voulait avoir une part de marché plus grande, l’autre voulait avoir plus de pouvoir par rapport à son concurrent et asseoir sa domination sur sa région, un autre s’est trouvé à la tête d’une organisation religieuse, puis d’une armée, puis d’un business, le dernier veut à tout prix garder son poste et continuer à jouir de ses biens mal acquis et d’en faire profiter ses amis qui l’ont si bien aidé etc. etc. Et puis il y a ce dégénéré avec un flingue. Le bouc-émissaire de ces hommes trop humains. Trop assoiffés. Énervés. Enragés. Lui, il ne sait rien, on lui a promis de l’argent pour sa famille, et quelques vierges. Attention, ce n’est pas un tueur, c’est un justicier. Regardez-le ce justicier de pacotille, cette marionnette superstitieuse et crédule aussi dangereuse qu’un singe à qui l’on a donné un fusil. Quoique, il est à noter ici que l’humain, contrairement au singe, est le seul animal qui travaille activement à sa propre autodestruction en prenant des décisions qui sont clairement contraires à sa propre survie… passons. Tous se soucient d’une chose : l’argent, la revanche, le pouvoir. Ils ont en commun de ne pas se soucier des autres. Enfin si, bien sûr, ceux qu’ils connaissent, ceux qui leurs ressemblent, les copains, la famille etc. Après tout, ce sont des pères et des grands-pères très câlins et des amis fidèles. La vérité, c’est que les conséquences de leur fautes capitales et capitalistes ont tué des millions de personnes.Vous savez, la vielle histoire de celui qui vole un œuf, puis un bœuf. Et puis, il y a Senda avec qui j’étais au lycée, elle a été tuée par balle et son mari aussi. Le réveil ce matin dans les deux familles…personne d’entre nous ne pourra jamais l’imaginer…Voilà quelques protagonistes de cette histoire morbide et déchirante. Et donc ? Que faire ? Je ne sais pas. Mais voici ce que me dit mon intuition : Peut-être que la prochaine fois que nous penserons à nos intérêts au détriment de celui de notre voisin, nous nous rendrons compte que ce mécanisme aussi petit soit-il, est le même que celui qui se passe en Syrie, en Turquie et ailleurs ? Peut-être que la prochaine fois que croirons posséder quelque chose nous saurons qu’une terre ne se possède pas : elle se cultive, elle se respecte, et finalement nous enterrera tous. Peut-être que nous comprendrons que notre plus grande force et notre plus grande faiblesse sont celles d’être des consommateurs. Que si nous arrêtions d’acheter certains produits comme l’essence et les importations louches par exemple, nous pourrions mettre en danger un mécanisme sur lequel repose tout le big-business et la politique dont nous nous plaignons tous aujourd’hui ? Même une semaine, même un jour… Quel tremblement de terre ça ferait ! Peut-être que quand une tragédie comme celle-ci se passe et que notre instinct est de demander une revanche, ou de pointer du doigt un groupe, un pays, ou une religion et de simplifier une situation aussi complexe que la nature humaine, nous nous arrêterons pour penser que la revanche et l’exclusion sont peut-être eux les plus grands coupables et qu’il faut dominer nos instincts belligérants ? Peut-être comprendrons-nous des concepts aussi simples que du fait que partager, symbolise la paix et que de posséder jalousement symbolise la guerre ? Peut-être que la prochaine fois que nous nourrirons une haine pour autrui, nous nous rendrons compte que c’est la haine qui crée des tueurs ? Ou bien peut être pleurerons nous, et puis nous oublierons parce qu’il y a une bonne émission à la TV et que de toutes façons qu’est-ce qu’on peut bien faire ? Rien. Non ? »

couple-allah-yarhamhom

Yasmine Azaiez : »Mes plus sincères condoléances au merveilleux et pétillant couple Mr.&Mme Azzabi, que j’ai connu personnellement et qui ont été brutalement et lâchement assassinés dans une attaque terroriste durant un moment de joie et de célébration. Mon cœur est avec vous et vos familles, et ceci est un rappel pour nous tous : Vivez votre vie à 100%, rigolez, voyagez, travaillez dur et restez humble! Ce couple était tout le temps souriant et vivait intensément leur vie, mais nous ont été arrachés trop tôt par des monstres qui brûleront bientôt en enfer. Peace and Love à tous, et s’il vous plaît respectez et aimez-vous les uns les autres chaque jour, car on ne saura jamais quel sera le dernier. «