Deux Tunisiens créent une fresque graphique sur la façade de l’hôtel Carlton de Tunis

0
572

Si vous passez par le centre de ville de Tunis cette semaine, et plus précisément par l’avenue Habib Bourguiba et la rue Kamel Atatürk, il y a de fortes chances que vous soyez agréablement interpellés par le travail de deux artistes sur la façade de l’hôtel Carlton.

Depuis lundi dernier, cet hôtel emblématique de l’avenue Habib Bourguiba rénové il y a quelques années, a donné carte blanche aux deux jeunes artistes Yassin Bouzid et Sadok Kaffel du collectif ST4 pour effectuer une fresque graphique sur une façade de plusieurs m2.

Fidèle à sa ligne culturelle, le Carlton installera, grâce à ces talentueux artistes tunisiens la plus grande fresque du pays. Elle célébrera la créativité de la jeunesse tunisienne, et l’esprit de liberté et d’espoir né en ces lieux (l’avenue Bourguiba) le 14 janvier 2011.

Car pour la petite histoire, « le 14 janvier 2011, l’hôtel Carlton ouvrait ses portes à près de 150 personnes, pour une nuit qui restera dans les mémoires. Peu de gens savent que ce soir là, quand tous les hôtels de l’avenue barricadaient leur porte, le Carlton avait invité les avocates qui défilaient sur l’avenue à entrer pour prendre un peu de repos. Plus tard, quand la police a attaqué, près de 150 manifestants se sont retrouvés réfugiés dans l’hôtel. Sous couvre-feu, ils ne pouvaient plus rentrer, et ont dû passer la nuit du 14 janvier au Carlton. »

Le 14 janvier 2011, l'hôtel Carlton ouvrait ses portes à près de 150 personnes, pour une nuit qui restera dans les…

Gepostet von Hotel Carlton Tunis am Samstag, 14. Januar 2017

Et c’est dans la continuité de cet esprit que l’hôtel a donné carte blanche au collectif ST4 pour interpréter librement un hommage au poème de Sghaïr Awlad Ahmed. Les deux artistes ont ainsi commencé leur travail lundi dernier 26 février, pour une durée d’une semaine.

A rappeler que le Street Art a fait son entrée au Carlton en 2017 avec le Tunisien « Tafarrod » (Selim Ben Brahim), qui a doté l’entrée d’un ficus « lettré » et d’un lampadaire de l’avenue, derrière la statue de Feryel Lakhdar. Il a également travaillé sur tout le couloir du 2e étage, développant des thèmes en lien avec la mémoire de la ville. Deux autres street artists tunisiens vont bientôt s’approprier les couloirs restants.

Les Tunisiens pourront suivre en direct l’avancée de l’œuvre depuis la rue Kamel Atatürk, dont nous vous publions ici quelques photos: