Cinq conseils pour passer dès l’auto-sabotage à la confiance en soi et l’entretenir

0
131

La confiance en soi connaît des hauts et des bas et, souvent, c’est notre propre cerveau qui devient notre pire ennemi. Comment mettre fin à l’auto-sabotage ?

Décortiquer le mal

La confiance en soi est souvent fragilisée par des événements déstabilisateurs qui remettent en question l’image que nous avons de nous-mêmes. On peut citer à titre d’exemple le chômage, la rupture amoureuse ou encore l’accident de santé. Toutefois, l’auto-sabotage part aussi des émotions, notamment face au changement: la peur, l’habitude, le doute, l’incommodité, le pessimisme, la rigidité, l’inconformité. Ce qui fait qu’avant même le regard des autres, nous nous sommes déjà rabaissés et auto découragés, en imaginant toutes sortes d’obstacles à notre réussite et bonheur.

Ce mécanisme d’auto-limitation nous fait croire que tout effort ne vaut pas la peine d’être fourni, car il est destiné à échouer. Ceci est dû à la perception que nous avons de nous-mêmes, en se disant qu’on n’est pas à la hauteur soit par des présupposés extérieurs (société, antécédents familiaux ou collègues), soit par des présupposés qu’on s’impose tous seuls (je suis trop…). Parfois, l’auto-sabotage crée même des conclusions erronées (« je n’arrive à rien, car je ne vaux pas la peine ») encore plus nocives.

Pour se libérer de l’emprise des limitations de notre cerveau, la confiance en soi doit être cultivée et entretenue jours après jour.

Ça se travaille !

Pour pouvoir « cultiver » la confiance en soi il faut, d’abord, savoir ce que c’est : la conviction qu’on peut réaliser nos objectifs et faire face aux défis du quotidien et de l’avenir, grâce à nos capacités qui nous donnent de la valeur.

Pour y parvenir, il faut reconnaître qui nous sommes, ce que nous sommes capables de réaliser, nos limites réelles et la manière avec laquelle nous pouvons les surpasser par nos propres moyens. Donc, il faut être très honnête avec soi-même, mais sans tomber dans la tyrannie.

Voici cinq conseils pour passer dès l’auto-sabotage à la confiance en soi et l’entretenir :

  1. Écrire sur ses échecs

Prenez le temps d’écrire sur un échec au choix. Cela vous détendra et améliorera vos performances lors de nouveaux événements, car c’est un excellent moyen de prendre du recul sur une situation douloureuse et apprendre de celle-ci. Plus important encore : laissez couler les émotions, vous aurez un poids de moins sur vous. Même chose pour les situations ou questions qui vous stressent ; traduire en papier vos émotions, pensées et vos soucis vous aidera à voir plus clair pour trouver une bonne solution.

  1. S’accepter

Se donner la permission de s’approprier ses pensées, émotions et actions, sans les nier ou les dénigrer. De même, il est important de vivre en harmonie entre ce que vous savez, ce que vous professez et ce que vous vivez.

  1. Être reconnaissant

Vous êtes le mettre de vos choix et donc, essayez de toujours valoriser ce que vous avez réussi et félicitez-vous ! Même si c’est juste une petite victoire. Pour cela, il est recommandable d’écrire chaque jour ou semaine (au pire), trois choses positives qui ont été accomplies.

  1. Identifier ses atouts et les développer

Écrivez de choses positives sur vous et, notamment, sur vos compétences, vous pouvez aussi demander à des proches de vous aider. Puis, cherchez à réaliser, le plus souvent possible, des activités qui vous passionnent et des activités qui vous permettent d’acquérir de nouvelles connaissances et expertises dans le ou les domaines où vous vous estimez qualifié et dans lesquels vous éprouvez du plaisir.

  1. Oser agir

Le changement est une constante dans la vie: soit quelque chose qu’on souhaite soit un imprévu. L’important est d’oser, malgré l’inconnu et les insécurités que cela peut générer. Pour vous aider à sauter le pas : essayez de vous souvenir d’autres situations difficiles, auxquelles vous avez été confrontés et que vous avez surpassées. Si vous avez été capables un jour de faire face à l’adversité et à l’inconnu, pourquoi ne le seriez-vous plus cette fois-ci ?

Attention ! Ne pensez pas que cultiver votre confiance en vous-même c’est une forme d’arrogance ou d’égocentrisme, car c’est une façon de prendre soin de soi-même, pas seulement dans l’unique but de réussir et d’être plus heureux et épanouis, mais aussi en vue de devenir une meilleure version de vous-même.

Par Laura TEJEDA MEZA