En cas de crise cardiaque, mieux vaut être un homme pour survivre ! C’est ce que suggère une étude anglaise réalisée par l’Université de Leeds et la British Heart Fondation qui s’est penchée sur 180 000 cas en l’espace d’une décennie. En comparant le nombre de survivants aux infarctus, ces chercheurs ont remarqué que le nombre de décès de femmes était 3 fois plus élevé que celui espéré, en comparaison aux hommes. La raison : ces femmes recevaient moins de soins médicaux après une telle attaque.

Suite à l’obstruction d’une artère coronarienne par un caillot sanguin, les femmes ont 34% de chances en moins que les hommes de se voir proposer une solution pour restituer le flux sanguin, comme un by-pass ou un stent. Elles ont également 24% moins de chances que les patients masculins de se voir prescrire des statines, médicaments habituellement prescrits pour prévenir une seconde attaque cardiaque, et 16% de moins de se voir recommander en aspirine pour prévenir les caillots sanguins. En réunissant toutes les conditions de prescription, le nombre de décès de patients féminins suite à une crise cardiaque a sensiblement chuté.

« Les crises cardiaques sont souvent perçues comme étant un problème de santé masculin mais il y a davantage de femmes qui meurent des suites d’un problème cardiaque que d’un cancer du sein en Angleterre« , a expliqué le professeur Jeremy Pearson de la British Heart Foundation.

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?