« Crapaud », Ou lorsque le design de Sandra Osmani rencontre le monde des artistes tunisiens

0
1204

Vendredi dernier, 23 mars 2018, Sandra Osmani présentait une exposition aussi rare qu’originale en Tunisie. « Crapaud »-Edition Limitée- est ce que l’on pourrait appeler la concrétisation de la rencontre entre deux mondes, celui de l’art et du design. De l’esthétique proportionnel, du beau insolite, du luxe décalé, voilà un peu l’esprit de cette collection d’une quarantaine de produits, visibles au Showroom Casabo jusqu’au 7 avril 2018.

L’artiste designer qui s’est fait connaître à travers son projet à la fois de mobilier et d’événementiel, Casabo, voulait depuis quelques temps proposer un travail inédit de création originale basée sur un savoir faire 100% tunisien. « Un peu comme ce que l’on pouvait voir au Maroc, où l’art côtoie le design et le haut de gamme, mais à la différence de ce pays, je voulais que l’idée maîtresse émane de talents tunisiens. C’est un peu comme ça qu’est né « Crapaud », de ma détermination à mettre en place un tel projet, mais aussi de mon amour pour la chose insolite et décalée. » Explique Sandra Osmani.

La jeune femme pense alors à faire appel à des artistes de renoms, à s’imprégner de leurs univers et à leur proposer des idées de meubles et d’objets de décoration. A Noutayel Belkadi, elle propose des tables et des lampes qui gravitent autour et prennent appui sur des libellules comme celles réalisées par l’artiste en sculpture de métal. Avec Feryel Lakhdar, c’est un monde poétique qu’elle explore, plein de couleurs et de rondeurs et surtout aussi féminin que sensuel. L’artiste réalisera pour Sandra Osmani une console, un meuble bar et un miroir femme en miroirs et cristaux. Ici, les matériaux font dans le raffiné et le noble : du laiton, du verre, du marbre etc. Les personnages exubérants et les formes insolites de Mohamed Ben Soltane seront retravaillés pour créer de belles tables et chaises et des meubles en bois sculpté à la main.

Table signée Noutayel Belkadi
Table signée Noutayel Belkadi
Cabinet signé Feryel Lakhdar
Cabinet signé Feryel Lakhdar
Table basse signée Ben Soltane
Table basse signée Ben Soltane
Poufs signés Mohamed Ben Soltane
Poufs signés Mohamed Ben Soltane

Rym Karoui, qui rejoindra plus tard le projet, prendra le train en marche et proposera-contrairement aux autres artistes- ses propres esquisses. Entre sculpture et peinture, Rym proposera à Sandra sa vision fantaisiste et insolite du projet « Crapaud ». Du mobile, à la table basse en passant par les tabourets et les lampes sur pied, les meubles de Rym Karoui respirent l’humain tout en lui octroyant une touche décalée. A ces quatre artistes plasticiens, Sandra Osmani a fait appel à Walid Abdelmoula et ses origamis chatoyants. Au showroom, l’exposition baigne dans une décoration anticonformiste où le pliage est le maître mot de ces objets qu’on retrouve un peu partout sur les murs de Casabo.

Table signée Rym Karoui
Table signée Rym Karoui
Signé Walid Abdelmoula
Signé Walid Abdelmoula

Enfin les 5 artistes déclineront un même meuble –un cabinet- chacun à sa manière en y mettant sa touche. Kiouf, Scarabaeus, Gloria Dei, Ija Houni, Etincelle, le challenge était simple. Un exercice de style qui prouve que l’Unique peut être Pluriel.

Cabinet signé Sandra Osmani
Cabinet signé Sandra Osmani

Car c’est surtout de cela qu’il s’agit. Sandra Osmani veut et cherche à faire de l’unique artistique. Ses pièces ont quasiment toute été vendues. Et c’est avec un joli catalogue sous forme de livre d’art et d’une nouvelle collection en édition limitée qu’elle partira bientôt à la conquête des grandes expositions internationales. « Notre production locale n’a rien à envier aux autres, ni sur le plan de l’art et de la création, ni sur le plan de l’artisanat et de la main d’œuvre. Car c’est bien d’artisanat qu’il s’agit aujourd’hui. A nous de vendre une nouvelle image autre que celle traditionnelle et cliché longtemps véhiculée comme seule représentative de ce qui se fait en Tunisie. » Conclut l’artiste. « Crapaud » sera donc la première d’une série d’expositions en édition limitée que Sandra Osmani espère renouveler chaque année.