La Tunisie subira probablement dans les semaines à venir l’une des pires crises sanitaires de son histoire moderne à cause du coronavirus. Le nombre de cas infectés ne cesse de croître malgré toutes les mesures prises par le gouvernement pour limiter la propagation. En effet, l’inconscience citoyenne combinée au manque de moyens dans nos structures hospitalières ne présagent rien de bon. C’est ce que pensent en tous cas plusieurs médecins et professeurs tunisiens ici et à l’étranger. Tous ont tiré la sonnette d’alarme…

Nissaf Ben Alaya, directrice de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, n’a pas été très rassurante hier lors de la conférence de presse quotidienne donnée au sein du ministère de la Santé quant à l’évolution de la maladie en Tunisie. Elle a même tiré la sonnette d’alarme en suppliant la population à respecter le confinement, seul salut possible pour le pays selon elle. Il y a quelques jours, elle avait déjà appelé les Tunisiens à respecter les mesures prises par le gouvernement :

The government is not overreacting when they put bans and restrictions in place. This is why the window to stop the…

Gepostet von Nissaf Bouafif-Ben Alaya am Dienstag, 17. März 2020

Le Pr Rim Abdelmalek du service des maladies infectieuses au CHU la Rabta a également imaginé le pire des scénarios pour un médecin en cas de surcharge des hôpitaux : celui de choisir qui vivra et qui mourra, scénario que l’on a déjà vu en Italie et en France :

Le pire cauchemard pour un médecin est de ne pas pouvoir aider, de devoir choisir qui vivra et qui mourra, de regarder…

Gepostet von Rim Abdelmalek am Sonntag, 15. März 2020

Les médecins généralistes sont également en première ligne puisqu’ils sont les premiers consultés en cas de symptômes alors que l’une des mesures prises est de ne se rendre dans aucune structure sanitaire et d’appeler le 190 pour limiter les contaminations. Le Dr Raouf Kacem fait d’ailleurs partie des MG qui ont appelé à fermer les cabinets et arrêter les consultations sur place afin de minimiser la contamination :

Ce sera mon dernier post, j'en ai raz le bol d'aboyer comme un chien depuis le temps: – Il faut…

Gepostet von Kacem Raouf am Dienstag, 24. März 2020

D’autres médecins d’autres spécialités ont également exprimé leurs appréhensions quant aux prochaines semaines. En effet, face au comportement irresponsable de nos concitoyens, certains craignent que le nombre de contaminations n’explose dans les jours à venir.

Froid dans le dos en voyant les photos qui circulent sur la toile de tous ceux qui ne respectent pas le confinement….

Gepostet von Nourane Kriaa am Montag, 23. März 2020

« Je ne suis malheureusement pas optimiste… » nous raconte le Dr Kmar Kouki, médecin spécialiste en neurochirurgie. « Le manque de lits en réanimation est affreux, déjà qu’en temps normal les places sont limitées. Les RH ne sont pas bien organisées. Il y a également un manque terrible de matériel : respirateurs, seringues électriques, consommable, ambulances, etc. Quand les régions de l’intérieur seront également atteintes, qui acheminera les malades vers la capitale? Il faut une stratégie claire et que tous les acteurs de la santé soient mobilisés. Malheureusement, il n’y a aucune mesure de protection pour le personnel soignant. Si nous mourons, qui prendra en charge les malades ? »

Nos médecins à l’étranger sont également concernés 

En France, la situation semble s’aggraver de plus en plus. Le pays subit actuellement une grave crise sanitaire et les statistiques ne présagent rien de bon. En effet, les chiffres indique que l’Hexagone est en train d’emboîter le pas à l’Italie. Des médecins sont même décédés dans le Grand Est, foyer du virus en France. Certains médecins tunisiens en France sont déjà dépassés par le nombre de malades du coronavirus comme le Dr Youssef Ben Dhifallah qui travaille à l’hôpital Simone Veil, Eaubonne-Montmorency :

J'ai l'impression de vivre un cauchemar. Plus de 90% de l'activité des urgences est orientée vers les patients COVID….

Gepostet von Youssef Ben Dhifallah am Montag, 23. März 2020

Le confinement reste à ce jour la meilleure mesure de prévention et la seule stratégie afin d’aplanir la courbe de contamination en attendant un remède efficace contre le covid-19. Soyons tous responsables, il en va de la sûreté de l’Etat.