La météo affiche des températures clémentes pour les jours à venir. Certaines personnes s’en réjouissent déjà et pensent que la chaleur du printemps pourrait arrêter la propagation du coronavirus qui sévit dans le monde depuis fin décembre 2019. Si la chaleur a bel et bien un effet sur les virus en général, peut-elle à elle-seule arrêter la propagation du Covid-19 ?

D’après Etienne Decroly, directeur de recherche au CNRS (centre national de la recherche scientifique) en France, il s’agirait plutôt d’une hypothèse. En effet, la famille du virus Corona est sensible aux conditions climatiques et donc à la chaleur qui cause la déshydratation des particules virales. De plus, d’après la carte des contaminations, l’hémisphère nord, où il fait plus froid, est plus touché que l’hémisphère sud. Toutefois, le chercheur indique que dans les pays du sud, la population est beaucoup plus jeune que celle des pays nordiques. En effet, le Covid-19 touche surtout les personnes de plus de 60 ans et est donc plus virulent dans les populations vieillissantes.

Etienne Decroly insiste surtout sur la nécessité d’appliquer minutieusement les mesures d’hygiène, de mise en quarantaine et de confinement : »Il faudra des mesures sanitaires, incluant le confinement des malades. La détection des patients infectés est donc la clé pour bloquer les chaînes de transmission. C’est l’ensemble des mesures qui vont permettre de lutter efficacement contre ce virus. » confie-il au journaliste de LCI.