Comment faire sa rentrée en gardant le meilleur des vacances ?

0
70

Le blues d’après les vacances n’est pas un mythe. Surtout lorsque se sont enchaînés des mois festifs entre ramadan, aïds, vacances d’été…difficile de reprendre les nombreuses heures de travail enchaînés. Les dossiers à gérer, les réunions à planifier, les problèmes à résoudre…rajouter à cela, la rentrée scolaire des enfants à assurer et le découvert bancaire à épancher, on est vite atteint du spleen de la rentrée.

Cette déprime, bien que passagère, peut être évitée ou du moins mieux vécue. Ce moment de transition où l’on passe d’un quotidien agréable à un rythme effréné du jour au lendemain, peut s’apparenter à une crise philosophique. C’est bien à cette période là de l’année que l’on se pose ce genre de question : pourquoi sommes-nous obligés de courir dans tous les sens ? Pourquoi ne peut-on pas profiter de nos amis et familles plus ? Ce boulot, est-il fait pour moi finalement ? Des crises philosophiques nous n’en avons pas beaucoup durant l’année. Deux sont remarquablement influentes, celle de la nouvelle année et celle de la rentrée. Les autres crises surviennent suite à des changements importants dans notre vie ou des drames : deuil, accident, rupture etc.

Mais alors comment bien gérer cette crise philosophique sans trop de dégâts psychologiques ?

1 : Faire rencontrer les deux mondes/moods : celui des vacances et du farniente et celui de la rentrée. Prendre dans cet « avant » le meilleur et le ramener à notre « actuel et futur ». L’esprit qui se libère en vacances, le rire facile, l’humeur joyeuse, le temps qu’on se donne et qu’on consacre à ceux qu’on aime etc. peuvent être autant de choses que nous pouvons prolonger et prendre avec soi, pour les appliquer au quotidien.

2 : Certains planifient déjà leurs prochaines vacances pour oublier le retour à la réalité et au travail. Il est préférable de s’appliquer à changer certaines choses au travail plutôt qu’à fuir vers l’avant. Si l’on n’est vraiment pas heureux au travail, autant en changer. Vous direz plus facile à dire qu’à faire, soit ! Alors, à défaut de démissionner, pensez à changer des petites choses, comme votre rapports aux autres au boulot, votre interprétation du quotidien, vos pauses déjeuners, la déco de votre bureau…

3 : Reprendre le boulot avec une intensité modéré. Il faut éviter de plonger directement dans le rythme effréné des 12 heures de travail par jour.

4 : Réfléchir sa rentrée. Les vacances doivent nous aider à réfléchir notre boulot, en se posant les bonnes questions : Quelle est notre vision globale de notre carrière professionnelle ? Comment donner du sens à notre activité ? Comment se projeter dans le long-terme, plutôt que de réfléchir son travail au jour le jour, sans objectif précis.

5 : Raconter sa biographie.  Pour un démarrage réussi, rien de tel que de tenir un journal de bord afin de raconter l’histoire de sa vie. Cette activité aura pour objectif de vous éviter d’avoir le nez dans le guidon, d’avoir du recul sur votre quotidien.

Quant à ceux qui n’ont pas eu le temps ou l’occasion de prendre de vacances, il faut savoir qu’on peut toujours optimiser la situation en effectuant un parcours intérieur. Le but étant de mieux se connaître, de dépasser ses peurs et ses traumas. Avec de la lecture, de la méditation, des petits moments privilégiés avec soi, on prend de l’épaisseur et c’est le plus important…en attendant les prochaines vacances.

Bonne rentrée à tous !