Cinquième Forum annuel du CIFE à Abidjan : vers la construction de l’Afrique de demain

0
280

Elles étaient près de cent femmes africaines venues de nombreux pays à se réunir à Abidjan, la capitale de la Côte d’Ivoire, pour parler entrepreneuriat féminin et digitalisation. Le cinquième forum annuel du Conseil International des Femmes Entrepreneures (CIFE), s’est déroulé du 26 au 28 février dernier à l’hôtel Sofitel Ivoire. Et une forte délégation tunisienne était présente. Femmes d’affaires, architecte, décoratrice, analyste, avocate, coach, fondatrice de maison d’hôte, pharmacienne, artiste etc. au total plus de quarante tunisiennes ont pris part à ces trois jours de rencontres, de réseautage, de défis, de discussions, et de débats.

Conscientes du potentiel de cette terre qui nous réunit, ivoiriennes, gabonaises, camerounaises et tunisiennes ont choisi de miser sur un avenir stratégique commun. C’est d’ailleurs pour cette raison que le CIFE Tunisie, présidé par sa fondatrice Rachida Jebnoun,  a choisi d’élargir son réseau en Afrique- déjà présent dans de nombreux pays tels que la France, l’Italie, le Maroc, l’Algérie, les Etats-Unis… Le cinquième forum annuel avait entre autres missions de célébrer la création du CIFE Côte d’Ivoire, présidé par la femme d’affaires Salimata Ouattara.

La transformation digitale

« La transformation digitale : une opportunité de croissance pour les femmes entrepreneurs en Afrique », est la thématique ciblée choisie par le CIFE pour cette édition et qui a mis en exergue les défis de l’Afrique de demain. Une journée de « talks » et de conférences a donc été organisée pour traiter des différents sujets relatifs à la digitalisation. Du networking au féminin en Afrique, au digital coaching, en passant par la transformation digitale du tissu économique ou encore le leadership féminin à l’heure du digital… autant de sujets inspirants ont été exposés par des expertes africaines. La journée du 27 février, qui était consacrée à ces panels, a été marquée par la présence d’officiels africains  venus soutenir cette initiative, telle que Reymonde GOUDOU COFFIE (Ministre de la modernisation de l’administration et de l’innovation en Côte d’Ivoire), Yasmina OUEGNIN (la députée de Cocody) ou encore son excellence Nawfel LABIDI (ambassadeur de la Tunisie en Côte d’Ivoire). Ce dernier a d’ailleurs tenu à assister à toutes les activités du forum, tout en offrant à la délégation tunisienne un accueil exceptionnel et des rencontres enrichissantes avec les tunisiens déjà basés à Abidjan.

Entre panels, rencontres Be2Be, échanges, et expositions artisanales, le Forum du CIFE a réussi une nouvelle fois à fédérer un mouvement d’ensemble dont les femmes entrepreneures sont le cœur.

« Abidjan est doux »

Cependant, si l’objectif premier de ce forum a été de faire rencontrer des femmes exceptionnelles dans le but de contribuer à l’essor de entrepreneuriat féminin et de créer une plateforme d’échange et de coopération entre les pays africains, ces activités économiques ont été sublimées par d’autres culturelles et artistiques. La délégation tunisienne a pu découvrir les beaux paysages et la culture d’un pays en plein essor. Le CIFE Côte d’Ivoire n’a pas oublié d’organiser une excursion touristique et un dîner gala où musique, danse et gastronomie ivoirienne ont côtoyé la mode tunisienne-présente à travers les défilés du styliste Faouzi Naouar et de l’artiste joaillière Gharam.

Durant trois jours intenses, beaucoup de liens se sont tissés et le CIFE n’a fait que consolider sa place de leader et de fédérateur. En Tunisie, en Mauritanie, comme au Gabon ou en Côte d’Ivoire, les femmes font bouger les choses. Elles sont nombreuses en Afrique subsaharienne (26%) à avoir choisi le chemin de entrepreneuriat. Cela a donc encore plus de sens lorsque ce genre de forum se passe sur un même continent, en l’occurrence l’Afrique, dont le travail d’ensemble reste le seul espoir d’un lendemain meilleur pour nous tous. Les habitants du pays disent « Abidjan est doux », cela nous a été prouvé à une multitude de reprises durant ce voyage dans les tréfonds de la Côte d’Ivoire auquel Femmes de Tunisie a pris part.