Six ans déjà depuis la révolution du jasmin en Tunisie

0
1568

A l’occasion du 14 janvier demain, célébrant la révolution dite du jasmin, revenons succinctement sur son impact dans ce pays.

Il y a 6 ans déjà, Mohamed Bouazizi, un jeune vendeur de légumes ambulant, s’immolait par le feu à Sidi Bouzid. Par son geste fatal, il signifiait son désespoir face au chômage. Il lançait aussi la révolution tunisienne qui aboutira un mois plus tard à la fuite du président Zine El-Abidine Ben Ali. S’ensuit le « Printemps arabe ». La Tunisie est celle qui s’en sort le mieux avec une transition démocratique en cours et largement saluée par les politologues du monde entier ! Cependant, comme toute transition démocratique, elle prendra du temps face aussi à d’importants défis à relever!

Une politique vers une transition démocratique qui continue à se mettre en place:

Sur le plan politique aussi, la transition continue à s’effectuer. Les attentes se sont beaucoup cristallisées autour de la Constitution, actuellement en vigueur. Depuis le printemps Arabe amorcé par la Tunisie en 2011, de nouveaux accords ont vu le jour et ont pu compléter ceux initiés entre la Tunisie et l’Union Européenne en 1996. Ces accords tendent notamment à conférer aux femmes tunisiennes, qui rappelons-le sont les premières dans les pays arabes a avoir autant de droits que les hommes, à continuer de disposer de telles libertés! Pour lesquelles, la Tunisie s’est distinguée dans le monde entier ! Ces acquis ont été salués aussi par le Quartet qui a reçu le Prix Nobel de la Paix qui se veut encourageant pour la Tunisie en matière d’efforts fournis pour sa construction démocratique ! Le 20 août 2016, le nouveau chef du gouvernement Youssef Chahed présente la composition du nouveau gouvernement d’union nationale. Le 26 août au soir, les députés de Nidaa Tounes, d’Ennahdha, de l’Union patriotique libre, d’Afek Tounes et du bloc Al Horra accordent leur confiance au gouvernement avec 167 voix pour, 22 contre et cinq absentions, sur 194 députés présents. Il prête serment le lendemain au palais présidentiel de Carthage

Une Tunisia

Une économie à redresser, le tourisme à relancer !

La plupart des experts reconnaissent à l’économie tunisienne d’avoir fait preuve de résilience pendant toute la période de la transition démocratique, avec notamment une stabilité macroéconomique préservée. Le ralentissement actuel n’est pas seulement la conséquence des attentats, mais aussi de la baisse de la demande extérieure adressée à la Tunisie, un pays qui réalise 64% de ses échanges commerciaux avec l’Union Européenne. Le directeur exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, Carlos Lopez, estime que l’avenir de l’économie de la Tunisie est sur le continent et que les dirigeants tunisiens devraient s’ouvrir beaucoup plus aux échanges intra-africains.

Les Tunisiens ont plus que jamais besoin d’un rebond du tourisme, cette activité draine 400 000 emplois, elle représente 7 à 8 % de la richesse nationale et elle souffre depuis 2011, depuis la révolution de jasmin. L’année dernière le nombre de visiteurs a reculé de 6 millions 270 000 à 6 millions. Les Français restent les premiers clients, mais leur nombre a fléchi, par crainte des attentats, mais aussi à cause de la crise.

Eco Tunisie

Le chaos libyen a des conséquences économiques énormes et diverses sur la Tunisie. D’abord sont revenus au bercail 100 000 travailleurs tunisiens qui envoyaient de l’argent aux familles. Cette manne a disparu et le retour de ces Tunisiens a grossi le rang des chômeurs. La Tunisie a dû par ailleurs absorber un million de ressortissants libyens sur son sol. Un million c’est le chiffre donné par le Ministère du Commerce.

Une sécurité à renforcer

La refondation de l’appareil sécuritaire comme tous programmes similaires sera longue à mettre en place. La présence des groupes djihadistes dans les Monts Chaambî, près de la frontière algérienne, attire une partie de la jeunesse tunisienne.
Le djihadisme est l’un des plus gros défis des autorités tunisiennes. L’année 2015 a connu trois attentats revendiqués par l’organisation Etat islamique. Fléau de nombreux pays du monde entier, la solidarité face à ce combat s’annonce comme un prémisse primordial. C’est dans ce contexte en pleine mutation notamment politique, économique et sécuritaire, que la Tunisie se construit jour après jour et qu’elle avance comme elle le peut. Cela n’est jamais évident de relancer un pays avec une fragilité inhérente notamment aux nombreuses attaques terroristes dont elle a fait l’objet et qui ont fortement touché son économie, ainsi que sa vision dans le reste du monde entier! Néanmoins, il faut lui faire confiance, c’est qu’ainsi qu’elle pourra avancer de manière constructive !