Qui n’a pas rêvé de grimper le mythique escalier Art déco du 31 rue Cambon à Paris, de
pénétrer dans l’appartement de Gabrielle Chanel, de découvrir ce lieu intime, baroque, empli de ses livres et objets fétiches, avant d’assister à un défilé dans le salon un étage plus bas ? Hier, c’est tout l’esprit du 31 rue Cambon qui a été recréé au Grand Palais, pour présenter la collection des Métiers d’art 2019/20. Cette adresse emblématique, cœur de la création de la Mode de CHANEL, a été transposée dans la nef du Grand Palais, transformée pour l’occasion en un espace hors du temps. Un écrin au raffinement extrême, pour une collection sublimant les codes et l’allure de CHANEL.

Une collection à l’élégance emblématique et très contemporaine qui se décline en
combinaisons pantalons en tweed si fin qu’il a la souplesse de la maille, en vestes de tailleur courtes à bords arrondis, portées avec des jupes taille basse, fendues sur le devant afin de libérer le mouvement des jambes, et, sur le ruban de peau nue entre les deux, une fine ceinture de chaînes et de perles.

Une petite veste noire se boutonne sur le côté, le tailleur se fait robe au décolleté asymétrique, attaché à une seule épaule, qui se prolonge en une longue pointe dans le dos.
Inspiré d’un tailleur de tweed rose réalisé par Gabrielle Chanel en 1960, dont la doublure était en tie and dye noir, bleu, rose et mauve, le tie and dye s’affiche ici à l’endroit, sur le tweed de plusieurs tailleurs, ou intégralement sur la mousseline d’une robe longue coupée en pointe, bordée de plumes aériennes, ainsi que sur les galons ou les sacs iconiques de la Maison, le 11.12 et le 2.55. Enfin, le BOY CHANEL et le GABRIELLE de CHANEL deviennent des sacs miniatures qui se portent comme des bijoux.

Les classiques Chanel revisités

L’émotion vibre dans l’air lorsque les mannequins descendent les marches beiges gansées de blanc du grand escalier et s’avancent dans le salon. Se succèdent des manteaux droits à
double-boutonnage, en cachemire noir finement bouclé, ceinturés de longs rubans de
mousseline brodée de motifs de blé, de rubans et de chaînes en paillettes et perles.
Passent des silhouettes longilignes en robe de dentelle noire brodée au décolleté encadré de plumes ou en robe aérienne en dentelle perle parsemée de camélias de tulle brodés en relief, accessoirisée d’une minaudière en forme de cage dorée constellée de strass, référence à la petite cage à oiseau présente dans l’appartement de Mademoiselle.
Une longue robe de satin duchesse blanc, à la ligne pure, portée avec une cape, des robes
bustiers noires à double-boutonnage, un ensemble de dentelle champagne, inspiré du portrait mythique de Gabrielle Chanel photographiée par Cecil Beaton en 1935, d’une souplesse sensuelle épousant le corps telle une seconde peau. Silhouette ponctuée d’une quille de même dentelle qui flotte comme le sillage d’un parfum…

Les camélias réalisés par Lemarié deviennent sculptures et couvrent intégralement des petits bombers du soir : l’un matelassé, aux fleurs en satin duchesse et cœurs en strass, porté avec un pantalon en paillettes noires ; l’autre blanc, aux fleurs en pongé de soie et cœurs brodés comme des bijoux. Le bicolore, autre code de CHANEL, habille les souliers réalisés par Massaro – tels ces escarpins ornés de petits nœuds en cuir or à bout noir -, comme les tailleurs graphiques qui alternent le noir et le blanc.

Le blé, le ruban, les perles, sont brodés par la Maison Lesage sur une précieuse robe bustier accompagnée d’un manteau en tulle d’un raffinement exceptionnel. Si le noir et l’or sont très présents, le rose apparaît comme l’une des teintes phares de la collection : rose tendre, abricot, framboise ou encore grenat, sur le tweed de tailleurs-jupes ou pantalons, mais aussi sur une combinaison pantalon en tweed. Le tailleur est également revisité en satin rose fuchsia, bordé de galons en tweed d’un rose soutenu, dont la jupe, plissée devant et droite derrière, impose une allure fluide, libre.

Ethérées et reines, des robes couleur du temps, comme trempées dans un ciel d’été ainsi
qu’une robe longue en mousseline de soie à la jupe entièrement plissée, striée de galons
de fleurs, nimbent d’une aura irréelle le défilé. Le tout accessoirisé d’une accumulation de bijoux fantaisie : bracelets-manchettes, colliers plastrons en perles et strass desquels semblent jaillir des sautoirs et autres pendentifs, rasde-cou aux étoiles en strass blancs, ceintures de chaînes s’ornant de rangs de perles, de nœuds et de camélias.

Kristen Stewart, Vanessa Paradis, Lily-Rose Depp, Penélope Cruz…toutes présentes

Derrière cette collection, un dialogue créatif constant entre Virginie Viard et les Métiers
d’art qui perdure depuis trois décennies. Une vision de magie pure qui a transcendé, le 4
décembre 2019 au Grand Palais, dans l’écrin aux talismans de Gabrielle Chanel, l’idée même de mode pour atteindre à l’intemporel de l’élégance, de l’allure, et de la beauté selon CHANEL. Les actrices et ambassadrices de CHANEL Kristen Stewart, Vanessa Paradis, Lily-Rose Depp, Penélope Cruz, Alma Jodorowsky, Marine Vacth et Yara Shahidi ont assisté au défilé, ainsi que les amis de la Maison Sofia Coppola, Marion Cotillard, Isabelle Adjani, Carole Bouquet, Angèle, Margaret Qualley et Sébastien Tellier.

Le défilé a été suivi d’un dîner à La Coupole, rythmé par une performance de la chanteuse
belge Angèle, puis d’une soirée au dancing de La Coupole.