Le 5 octobre dernier, la 32ème rentrée artistique de l’espace El Teatro a officiellement démarré avec la présentation de l’avant-première de la pièce « Ces merveilleuses Antigone » de Khaoula El Hedef. Les prochaines représentations auront lieu lors du prochain cycle les 10, 11 et 12 octobre à 19h30 à El Teatro.

La comédienne et metteure en scène avait déjà signe de nombreuses œuvres telles que Taba Taba ou encore Mirath avec El Teatro Studio. On y a d’ailleurs découvert son univers tragi-comique particulier.

Dans « Ces merveilleuses Antigone », la jeune femme nous propose une libre interprétation des classiques en scène du mythe d’Antigone, telles que celles de Sophocle, Brecht ou encore Anouilh. Point intéressant : la pièce de Khaoula est ré-écrite en dialecte tunisien et les rapports entre les personnages sont remis au goût du jour. Point commun: Antigone est toujours cette femme qui a dit non et qui s’est opposé à une situation actuelle et au pouvoir.

Sur scène, une pléiade de comédiens dont Farah Mouakher (vu dans « 30 ans déjà ») dans le rôle d’Antigone la rebelle et Mohamed Zarrami dans le rôle de Créon. A leurs côtés, se succèdent :

Azza Mouakher, Hajer Zaidi, Amina Bdiri, Imène Ben Amor, Ahmed Alouine, Amira Laarifi, Sofiene Bouajili, Amen Allah Ouakajja, et les enfants Maya Majaji, Fatma Mghirbi et Selim Ghazouani. Ces enfants sont montés sur scène pour nous aider à plonger dans l’enfance d’Antigone et à retracer chronologiquement la construction des personnages.

« Vous me dégoûtez tous avec votre bonheur ! Avec votre vie qu’il faut aimer coûte que coûte. On dirait des chiens qui lèchent tout ce qu’ils trouvent. Et cette petite chance pour tous les jours, si on n’est pas trop exigeant. Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d’un petit morceau si j’ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd’hui et que cela soit aussi beau que quand j’étais petite ou mourir!» (Antigone -Jean Anouilh)