Ces acteurs tunisiens qui réussissent à l’étranger

0
329

Les acteurs tunisiens sont de plus en plus nombreux à exporter leur talent à l’étranger. Si la plupart font carrière en Egypte, le Hollywood de l’Orient, certains ont réussi à s’imposer en Europe. Découvrez ceux qui font briller notre image à l’étranger.

Dorra Zarrouk

Star incontestée dans le monde arabe et surtout en Egypte, Dorra Zarrouk débute sa carrière en Tunisie en participant à des spectacles comme La Hadhra puis en suivant un stage avec Fadhel Jaïbi. Après des débuts sur les planches, elle tourne son premier film « Khorma » de Jilani Saadi et « La Villa » de Mohamed Dammak. Elle s’installe ensuite en Egypte où elle joue dans le film de Youssef Chahine « Le chaos ? ». Avec le film « El awela fel gharam », la carrière de Dorra Zarrouk est officiellement bien lancée. Les prix se succèdent et la star tunisienne continue de conquérir le public dans le monde arabe.

Hend Sabry

De ses débuts avec Moufida Tlatli dans « Les silences du Palais » à « Noura Rêve » de Hinde Boujemaa et « El fil al azre9 », Hend Sabry cumule des rôles différents et n’hésite pas à prendre des risques dans ses choix. La star tourne ainsi dans des films devenus cultes en Egypte comme « L’immeuble Yaacoubian », « L’île« , « Ibrahim Labya« … Mais la jeune femme flirte également avec la télévision et tourne dans des feuilletons à grand succès en y campant des rôles engagés. En 2019, elle fait partie des membres du jury de la Mostra de Venise et remporte le prix de la meilleure actrice au Festival du Film d’El Gouna ainsi que celui de la meilleure interprétation féminine pour Noura rêve aux JCC;

Aicha Ben Ahmed

Après des études en arts graphiques et publicité, Aïcha Ben Ahmed s’intéresse au cinéma et tourne dans le film « Histoires tunisiennes » de Nada Mezni Hafaiedh puis « Mon dernier ami » du réalisateur syrien Jouad Saïd. C’est sa participation dans le feuilleton « Pour les beaux yeux de Catherine » en 2012 qui la révèle au public tunisien. Elle s’installe en Egypte afin de faire décoller sa carrière d’actrice. Pari réussi pour la jeune femme qui est sollicitée pour tourner dans plusieurs feuilletons dont la plupart à succès.

Dhafer El Abidine

Né en 1972 à Tunis, Dhafer El Abidine entame une carrière de footballeur au sein de l’Espérance Sportive de Tunis avant de s’envoler pour le Royaume-Uni afin d’intégrer la Birmingham School of Speech and Drama. Il joue dans des séries britanniques puis revient en Tunisie pour jouer son rôle le plus notable dans son pays natal, celui de Dali dans le feuilleton à succès « Maktoub » de Sami Fehri. Dhafer El Abidine est également très connu en Egypte dont il maîtrise parfaitement le dialecte ce qui lui permet de jouer dans plusieurs feuilletons et de se faire remarquer par le public arabe.

Sami Bouajila

Né en 1966 en France, Sami Bouajila s’est d’abord formé par le théâtre au Conservatoire de Grenoble puis à l’Ecole de la Comédie de Saint-Etienne. En 1995, il reçoit son tout premier prix, celui de la meilleure interprétation masculine pour son rôle dans « Bye Bye » au Festival International du Film de Thessalonique et est surtout révélé au grand public grâce à son rôle dans « Indigènes » en 2006. En 2008, il obtient le César du meilleur second rôle masculin pour « Les Témoins » et le prix du meilleur acteur de la section Horrizonti pour son rôle dans le film tunisien « Un Fils » à la Mostra de Venise en 2019.

Fatma Nasser

Contrairement à ses compatriotes qui ont commencé leur carrière en Tunisie, Fatma Nasser a choisi de faire le chemin inverse. En effet, l’actrice s’est faut connaître en Egypte avant de faire ses premiers pas dans le cinéma tunisien dans le film « Mustafa Z » en 2017. Fatma a campé plusieurs rôles en Egypte qui lui ont permis de s’imposer dans son pays d’adoption.

Marwan Kenzari

Né en 1983 à La Haye aux Pays-Bas, Marwan Kenzari entame sa carrière au cinéma en 2008 en participant à des courts et des longs métrages. Il se fait connaître surtout grâce à ses rôles dans Seven Sisters en 2017 et Aladdin en 2019 dans lequel il campe le rôle de Jafar.

Fares Landoulsi

Après une formation de théâtre au sein de l’Association Hassan Zmerli et un cursus universitaire à l’Institut supérieur d’art dramatique de Tunis, Fares Landoulsi intègre la classe libre des cours Florent à Paris. Il joue dans plusieurs films dont Narcisse de Sonia Chamkhi. En 2020, il joue dans la série à succès « Messiah » de Netflix aux côtés de Mehdi Dehbi.

Mehdi Dehbi

Né en Belgique en 1985, Mehdi Dehbi tourne son premier film « Le soleil assassiné » à 16 ans. Il ntègre le Conservatoire royal de Bruxelles puis le Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris. Il tourne dans une dizaine de films mais c’est surtout son interprétation d’Al Masih dans la série Netflix « Messiah » qui le fait connaître du public tunisien.

Mariam Al Ferjani

Après quelques années en fac de médecine à Tunis, Mariam Al Ferjani s’oriente pour le cinéma, sa passion de toujours. En effet, elle s’installe à Milan afin de suivre des études en réalisation à la Civica Scuola de Cinéma Luchino Visconti. Après plusieurs rôles dans des courts-métrages expérimentaux, elle rencontre le succès grâce à son rôle dans « La Belle et la meute » de Kaouther Ben Hania en 2017.

Doria Achour

Fille du réalisateur tunisien Lotfi Achour, Doria tourne dans son premier film en 2002 alors qu’elle n’est âgée que de 11 ans. Elle prend des cours de théâtre et apparaît dans quelques films entre 2004 et 2006. Après un master de cinéma à l’Université Paris-Sorbonne, elle joue aux côtés de Marc Lavoine dans le film « Papa was not a Rolling Stone » en 2014, puis en Tunisie en 2016 dans « Demain dès l’aube », un film réalisé par son père et qui parle de la révolution tunisienne.

Hafsia Herzi

Née en France d’un père tunisien et d’une mère algérienne, Hafsia Herzi commence sa carrière à l’âge de 12 ans en jouant dans un téléfilm pour France 3, puis dans les séries à succès « Plus belle la vie » et « Sous le Soleil ». C’est surtout son rôle dans le film « La graine et le mulet » de Abdellatif Kechiche qui la révèle au grand public et grâce auquel elle obtient le prix de la meilleure jeune actrice à la Mostra de Venise en 2007 et le César du meilleur espoir féminin en 2008. En 2009, elle tourne dans le film « Dawaha » de Raja Amari aux côtés de Dhafer El Abidine et Rim El Benna.

Feriel Youssef

Née en 1980, Feriel Youssef débute en 1994 à la télévision tunisienne en faisant les Fawazir puis se fait connaître grâce à ses différents rôles dans les feuilletons « Ich9a w 7keyet » et Gamret Sidi Mahrous de Slaheddine Essid. La jeune femme fait décoller sa carrière lorsqu’elle part s’installer en Egypte où elle tourne dans plusieurs films et feuilletons à succès. Elle n’en oublie pas pour autant sa Tunisie natale en donnant la réplique à Lotfi Abdelli dans le feuilleton Ali Chouerreb pendant le mois de ramadan 2018.

Ahmed Hafiane 

Né en 1966 à Ksour Essef, Ahmed Hafiane suit des cours à l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis. Il joue dans plusieurs pièces théâtrale puis dans des films italiens depuis 2007. En 2015, Ahmed Hafiane remporte le prix Roberto-Rossellini pour son rôle dans la troisième saison du feuilleton italien Una grande famiglia, produit par Rai Uno2. En 2018, il reçoit le prix d’interprétation masculin des JCC pour son rôle dans Fatwa de Mahmoud Ben Mahmoud.