Ce que signifient les plats préparés pour Ras El Am Hejri

0
2346

Qui dit « Ras Am » dit Couscou au Kaddid mais dit aussi Nouvel an arabe et musulman. Aujourd’hui commence donc le premier jour de la nouvelle année lunaire. 

Comme pour les autres religions monothéistes, il existe des traditions, pour la plupart culinaires, pour accueillir cette nouvelle année. Le nouvel an qu’il soit arabe, chinois, juif ou autre se fête en famille autour d’un bon festin.

En Tunisie, nous préparons le fameux couscous à la viande séchée, la mloukhiya ou encore une soupe et une douceur. Pourquoi et quelles significations ont ces plats ?

coucous

-Le couscous : Le premier plat cuisiné la veille du nouvel an est le couscous au kaddid. Pourquoi ? Tout simplement pour symboliser la fin d’une année puisqu’on le prépare dans le couscousier, appelé « ma9foul » -fermé- en dialecte tunisiens. (na9flou bih el 3am fel ma9foul)

Ce couscous doit être fait à base d’ingrédients provenant des réserves de l’année précédente. Cela représente la prospérité et la présence continue de la « oula » dans le foyer. Idem pour le kadid puisqu’il représente la pérennité du fait qu’on peut le conserver longtemps. Le couscous est souvent cuisiné pas trop saucé, plutôt blanc, pour espérer que l’année à venir soit blanche, sans chagrins, ni pleurs, ni deuils ou autres.  Et sans pois chiche, car en tunisien on appelle les pois chiche « 7oms »  qui rappelle « 7amsa » ce qui veut dire « être triste et touché » par une mauvaise nouvelle ou action.

mloukhiya

-La mloukhiya : Le premier jour du nouvel an, nous préparons la Mloukhiya. Pourquoi ? Parce que la poudre de corète est de couleur verte et que depuis longtemps cette couleur est de bonne augure pour les Tunisiens. Ainsi, la Mloukhiya symbolise la fertilité, le bonheur, les bonnes nouvelles etc. Bref tout ce qui fera que cette nouvelle année sera bonne.

hlelem

-Le potage : En tunisien, nous appelons les potages et soupes « jari », ce qui veut dire littéralement –qui court-. Et pour la nouvelle année, nous préparons un « jari » pour que l’année passe vite, de manière fluide et sans gros pépins. « Bech yat3ada el 3am yejri » Généralement on fait une « Hlelem » ou une « Rechta »

mhalbia

-Une douceur : Pour le côté sucré et pour que cette nouvelle année soit douce, nous préparons de la madmouja, briket 7lib ou m7albia ou autrea