Carnet de voyage : la Slovaquie

0
72

Notre carnet de voyage vous transporte en Slovaquie où l’architecture est star (socialiste, baroque, etc.), la vie est agréable et la nature omniprésente. Le pays partage un point commun avec son voisin polonais : le gigantesque et fabuleux parc des Tatras.

Bratislava

De par son histoire, son architecture et son ambiance, Bratislava est une ville à visiter au moins une fois dans sa vie. Même si 2 ou 3 jours sont largement suffisants pour la découvrir, la capitale slovaque de 424 428 habitants (en 2016) dégage un charme fou. Beaucoup moins grande que sa voisine viennoise située à environ 78 km, Bratislava se laisse visiter par la flânerie, dans son centre historique ou sur les hauteurs abritant le célèbre château.

Comment y aller ?

Malheureusement, aucun vol direct ne dessert la capitale slovaque depuis la Tunisie. Le moyen le plus facile d’arriver à Bratislava est donc de prendre le bus depuis l’aéroport de Vienne. Le trajet ne dure que 45 mn et coûte 10€.

Que visiter ?

Même si Bratislava est une toute petite ville et que l’on a fait le tour en 2 jours, la capitale regorge de nombreux lieux à visiter : la cathédrale Saint-Martin, la galerie nationale slovaque, l’Église Sainte-Élisabeth, le jardin du palais présidentiel, l’OVNI Most SNP qui sert à la fois de mirador et restaurant, et, bien évidemment, le château de Bratislava avec notamment son jardin et sa vue imprenable sur une partie de la ville.

Que manger ?

Pour une première fois à Bratislava, on goûtera évidemment les spécialités locales aux influences austro-hongroises, tchèques et polonaises – emplacement géographique oblige. Il y a par exemple les bryndzové halušky (boulettes de pâtes au fromage de brebis), Bryndzové pirohy (raviolis au fromage bryndza, soit de lait de brebis), le Gulášová polievka (goulash), le Smažený sýr (fromage frit), Vyprážaný rezeň (la fameuse escalope viennoise extrêmement mince), la tout aussi célèbre Krémová cesnaková polievka (soupe servie dans un grand pain rond), le Trdelnik (la pâte en forme de tunnel, sucrée, que l’on retrouve beaucoup en République Tchèque) et beaucoup de crêpes, appelées ici slovak pancakes. Dans la lignée des desserts, les cheesecakes sont très présents (nous avons goûté une excellente part chez Pollito Cheesecake à 3,90€, accompagnée d’un très bon café à 1,90€), tout comme les glaces (environ 3€ les 2 boules).  

À Bratislava, vous tomberez forcément sur la chaîne Mondieu (café, restaurant, brunch) où à la fois le healthy, vegan et gourmand sont de mise. Un indispensable. Nous avons pris un chocolat chaud épais (blanc et noir) avec des amandes concassées à 4,95€, un grand jus d’orange frais à 3€ et  un bol de granola à 6,90€. Pour la streetfood, le slice de pizza est à 2€ et le petit format de cornet de frites est à 2,30€. Côté « vrais repas », certains établissements, comme le Da Vinci Bistro, proposent des menus à 4,80€. Le jour de notre passage, le restaurant proposait à midi une formule soupe de petits pois+lasagnes. Côté boissons, les tarifs font partie des plus bas d’Europe : bière à 1,50€ les 33 cl et 2,40€ les 50 cl, l’aperol spritz à 4,80€, etc.

Poprad

Poprad est minuscule et n’est pas particulièrement charmante. En réalité, les touristes y vont pour un but précis : approcher les Tatras. Ces impressionnantes montagnes de la chaîne des Carpates sont majoritairement présentes au nord de la Slovaquie – l’autre partie étant en Pologne. Pour visiter une partie du gigantesque parc national des Tatras, il faudra bien s’organiser à l’avance et ne pas s’emmêler les pinceaux entre tous les sentiers balisés de différentes durées (de 15 mn à toute une journée). Malé Spišské pleso, Velická próba, Štrbské pleso : les Tatras abritent des paysages époustouflants faits de forêts (hêtres, sapins, érables), rivières, lacs aux couleurs cristallines, chutes d’eau, rochers et vallées. Une bonne paire de chaussures de randonnée, un sac rempli de vivres et c’est parti ! Deux jours sont indispensables pour en profiter un minimum.

Où dormir ?

Deux options sont possibles. La première consiste à être basé à Poprad pour passer la journée en montagne et revenir. La seconde permet quant à elle de faire un trekking et de dormir dans l’un des nombreux chalets ou auberges sur son chemin. Dans les deux cas, un petit train relie, en 30 mn minimum, Poprad aux montagnes.

Monnaie : l’euro.