Cap sur le jeune humoriste Mehdi Mahjoub

0
2180

Mehdi Mahjoub s’est fait connaître du public en étant finaliste au Nescafé Comedy Show en 2014.  Depuis le jeune homme a fait du chemin et se produit actuellement sur scène avec son nouveau Stand Up Comedy « Kar Wa Far ».

L’école comme moyen de divertissement

Celui qui a réussi à assurer la première partie du spectacle de Djamel Debbouz n’a jamais considéré les études comme une corvée. Pour le petit Mehdi, il était plus question de divertissement à l’école que de pression. Bon élève malgré tout, Mehdi s’oriente vers des études commerciales en intégrant la Faculté de Sciences Economiques et de Gestion de Tunis (FSEG). Etudes qu’il pousse au bout en se lançant dans une thèse juste après le diplôme. Mais pendant des années l’adolescent rebelle travaille pendant les vacances pour assurer son argent de poche : « Je vendais des gadgets en faisant du porte à porte. Un jour, j’ai frappé celle du directeur de BSB, qui m’a engagé dans sa boîte. De BSB, j’ai intégré l’équipe de la marque de vêtements Celio pour un job à mi-temps. J’ai passé de nombreuses années en cumulant études universitaires et boulot à mi-temps chez Celio. » Nous confie l’humoriste.

Carrière professionnelle

Le jeune homme évolue avec la marque vestimentaire. Au bout de quelques années, Mehdi est chassé par la marque Blue Island. A la fin de la maîtrise, il assure quelques mois dans un centre d’appel avant d’être recruté chez UBCI.  Au sein de la banque, il passera plus de 2 ans en tant que Chargé d’affaires à Sousse. A Tunis, il sera chef d’agence. Après une expérience de cinq ans, le jeune homme est recruté par la multinationale Shell en tant que trésorier. Il y restera 6 ans, avant de monter sa propre boite de consulting, et d’accompagnement de startup.

Le Comedy Show

Si la carrière professionnelle de Mehdi Mahjoub est toute tracée, la passion du jeune homme prend du temps pour se mettre en place. Pour autant, Mehdi fait déjà son « Comedy Show » en individuel. Chez Shell déjà, il faisait marrer tous ses collègues et les souvenirs des Team Building restaient gravés. L’idée de la scène mijotait déjà…

« Je ne voulais pas attendre la retraite pour faire ce que je veux. » Nous dit le jeune homme. Alors il commence à bouger, à enchaîner cours de théâtre avec Taoufik Jebali, randonnées, sports etc. Mehdi Mahjoub s’explore. Et c’est là que son chemin croise celui de Hatem Karoui en 2011. Dans Lamma Slam, Mehdi se lance dans un open mic. Euphorie, énergie, adrénaline. La fois où il oublie sa feuille, Mehdi monte quand même sur scène et assure son mini-show. Il fait de l’impro et ça marche. C’est là qu’il prend conscience de ce qu’il veut faire.

Deux semaines plus tard, il s’inscrit au Nescafé Comedy Club. Il sera choisi dans la liste parmi plus de 200 participants. Il finit finaliste et arrive deuxième après Lobna Zdiri.

https://www.youtube.com/watch?v=T_J3HqZBgdA

« Kar Wa Far »

Pendant deux ans, Mehdi Mahjoub sera encadré successivement par Jaafer Guesmi et Hatem Karoui. Pendant deux ans, il écrira et peaufinera son spectacle. L’expérience sera concrétisée par un tournée de Street Show avec l’opérateur Ooredoo. A Sfax, Nabeul, Kelibia, Kairouan et Djerba, Mehdi Mahjoub se rapproche de son public et fait connaissance avec le métier d’humoriste.  « Au bout de cette expérience, j’ai compris que j’avais un bon contenu d’une heure de spectacle. Coaché par Hatem Karoui, nous fixons la première date pour le 13 février, à la veille de la Saint Valentin. » Une date choisie exprès puisque le spectacle est tiré du livre éponyme « Les hommes viennent de mars, les femmes viennent de Vénus » Le succès est au rendez-vous, et le rêve se poursuit.

« C’est un spectacle qui dure 80 minutes et qui vit avec l’actualité et la mise à jour. Il y a 4 ans,  je mettais un listing de mes rêves avec un ami à moi et dans mon top 5, faire le tour du monde me semblait plus facile que de monter sur scène. Aujourd’hui, c’est fait : c’est l’un de mes rêves qui est réalisé. J’espère le voir évoluer le plus loin et le plus longtemps possible. » Conclut le prince tunisien du Stand Up.

jamel