Bordel de mères : le compte Instagram qui dénonce la charge mentale maternelle

0
165

Jugée pour avoir avorté, jugée trop âgée pour avoir des enfants ou encore jugée comme mauvaise mère… Le nouveau compte Instagram “ Bordel de mères” traite de toutes les injonctions sociales autour de la maternité. Créé par la journaliste et auteure Fiona Schmidt, le compte regroupe de nombreux témoignages de femmes qui ont vécu d’une manière ou d’une autre une pression autour de la maternité.

Du médecin qui s’indigne qu’on veuille avoir un enfant à 40 ans, de l’infirmière qui insiste pour faire entendre le battement  de cœur de l’embryon à une femme qui a décidé à avorter, les témoignages du compte sont saisissants.

Dans une interview accordée au magazine Cheek Magazine, la fondatrice de « Bordel de mères » explique un peu plus la notion de la charge mentale maternelle “C’est la somme des pressions et préjugés au sujet de la maternité que toutes les femmes intègrent dès l’enfance et traînent jusqu’à la tombe et qui présentent la mère épanouie et bienveillante comme la norme, une part intégrante de l’identité féminine, et le seul objectif féminin qui vaille. C’est tout ce qu’une femme doit dire, penser et faire au sujet de la maternité pour qu’on lui fiche une paix très relative “

View this post on Instagram

La question de l’adoption revient régulièrement dans vos témoignages et celui-ci est particulièrement révélateur du tabou qui l’entoure et de la stigmatisation dont souffrent les enfants adopté.e.s. J’ai remarqué que la plupart des gens « normaux » -qui se sont reproduits dans les clous, donc- considèrent les enfants adopté.e.s comme des « sous-enfants », des enfants de seconde main voire de second choix, des enfants au rabais, des enfants Lidl en somme, en tout cas des enfants moins légitimes que des enfants Label Rouge dont on peut tracer les géniteurs. C’est avec ces arguments gerbatoires que les filles de Laeticia et Johnny Halliday ont été lapidées par des gens qui estimaient qu’elles avaient « naturellement » moins de droits que les « vrais » enfants du chanteur sortis du ventre de « vraies » mères -qui étaient donc, elles, de « vraies » femmes. Derrière ces arguments, on trouve en général des gens qui estiment que les femmes qui ne veulent pas porter d’enfants sont « égoïstes. » Drôle de façon de démontrer leur altruisme que d’établir cette classification d’êtres humains en fonction de leur AOC… Enfin, « drôle »…🤯🙄🤮 #lâcheznouslutérus

A post shared by 🆓Lâchez-nous l’utérus🆓 (@bordel.de.meres) on