Awled Moufida : Sami El Fehri est-il allé trop loin ?

0
14044

Aweled Moufida est incontestablement le feuilleton le plus regardé au mois de ramadan.  Avec une première saison bourrée d’humour, Sami El Fehri est arrivé à nous faire aimer trois frères délinquants, issus d’un milieu au-dessous de la moyenne, et ce à travers leurs personnalités attachantes et à l’énorme importance qu’ils accordent à la famille.

Depuis Maktoub, le réalisateur d’Awled Moufida a réussi à fidéliser les Tunisiens grâces à la particularité de ses feuilletons. En effet, ces derniers  se caractérisent non seulement  par des sujets osés et récurrents dans la société, mais également par leur aspect assez générationnel. D’ailleurs les différentes classes sociales peuvent se retrouver dans ces séries.

Cependant Sami El Fehri a fait fort pour cette deuxième saison. En effet à quelques jours de la fin du feuilleton, on a eu droit à des images de cadavres, une violence inouïe envers les femmes, un langage de plus en plus vulgaire, sans oublier le sperme dans un thermos.

Mais Sami El Fehri n’est-il pas allé trop loin ? Tuer, démembrer un corps puis le faire disparaître  etc. Le réalisateur aurait-t-il oublié que des enfants regardent ?  Le ramadan est un mois de convivialité où toutes les familles tunisiennes se réunissent, en particulier devant la télévision. Il est ainsi évident que les feuilletons ramadanesques ont une visibilité très importante auprès des jeunes, non seulement car ils suscitent leur curiosité mais également en période de vacances ces feuilletons les occupent.

Par ailleurs, le mois de Ramadan est la seule période de l’année où les feuilletons ont l’occasion de réellement exister.  C’est dans cette logique que certains producteurs se dépassent pour créer le buzz.  Néanmoins, produire un feuilleton, qui est diffusé à une heure de grande écoute, réclame une certaine conscience professionnelle.

La Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (Haica) a fini par agir en ordonnant la mise en place d’une bannière interdit au « – 12 » et un changement d’heure (à partir de 22h). Une réaction qui arrive peut être tardivement.

Mais on le sait tous, on regardera malgré tout la fin de cette série populaire.