Au banc d’essai : Les cours de théâtre à l’espace l’Artisto

0
220

Le cap de la trentaine franchi, j’ai renoué avec le sport, seul moyen physique de prévenir certaines maladies liées au vieillissement cellulaire irréversible. La trentaine passée de quelques années, je ressentais toujours le besoin d’une activité para-professionnelle, une activité pour exorciser tout le stress du quotidien, une activité thérapie, une activité qui m’aiderait dans ma vie de tous les jours…et pourquoi pas à faire avancer ma carrière professionnelle. Le théâtre ? Oui pourquoi pas. Le théâtre, on l’aime ou on ne l’aime pas, on le fréquente ou bien on n’y connaît rien. Mais quand on l’apprécie et qu’on a l’habitude des planches ne serait-ce qu’en étant simple spectateur, l’appel n’est pas loin.

Prendre des cours de théâtre n’a pas forcément pour but de devenir acteur. Certains y arrivent et tant mieux pour eux (coucou à l’équipe de Bouchnak dans Nouba). Mais il est important de savoir que le théâtre peut être pratiqué pour se détendre, déstresser, mais aussi et surtout pour travailler le rapport avec le corps, la voix, l’espace…beaucoup viennent soigner une timidité, d’autres pour apprendre à bien remplir leur espace, pour mieux s’exprimer en public. Moi, je voulais prendre des cours pour toutes ces raisons à la fois. Ayant besoin de me sentir à l’aise avec un petit groupe, et de m’entraîner dans un petit espace, j’ai choisi de suivre les cours de Ghazi Zaghbani dans le théâtre de poche « L’artisto ».

L’espace et le cours

L’espace « L’artisto » est un petit théâtre convivial de la rue du Damas au centre-ville de Tunis. Une petite scène très interactive et une soixantaine de places forment l’espace où je m’inscris pour prendre des cours. Pour ma part, j’ai choisi la plage horaire du samedi de 14h00 à 16h00. Deux heures par semaine, en weekend pour tout évacuer et pour s’imprégner d’art et de culture. Le groupe est composé de 14 personnes d’horizons différents. Et le professeur est le metteur en scène, propriétaire de l’espace, Ghazi Zaghbani.

La question que l’on a envie de se poser lorsqu’on commence à suivre des cours de théâtre, c’est : comment apprend-on à jouer la comédie devant des inconnus qui nous regardent ? La réponse est un long apprentissage qui se fait au fil des cours. Il y a des exercices pour la respiration, la posture, le lâcher prise, l’exploration des émotions, les intonations, l’imagination, l’improvisation, la voix, le regard, la communication avec l’autre…ou avec le public. Ça se fait petit à petit, ça se construit au fil du temps. Le professeur est là pour nous orienter. Être attentif à l’autre, par le geste, par la voix, par le regard…construire ensemble une histoire, raconter des choses. Les exercices sont instinctivement libérateurs. On se surprend à bouger, à gesticuler, à crier ou à rire aux éclats, à raconter des histoires rocambolesques devant les autres et on y prend du plaisir.

Au fur et à mesure, l’apprentissage nous désinhibe, nous pousse à nous exprimer de la meilleure des façons, à imposer notre corps, notre voix et notre gestuelle. On en sort vidé, déstressé, mais paradoxalement rempli d’émotions…de bonheur.

 

Exemple d’exercice

Lors de la 4ème séance, le professeur nous a demandé de créer un dialogue et une histoire basés sur uniquement deux mots : « chbik » et « chay » (Qu’est ce que t’as ? et Rien). L’exercice est appliqué deux par deux, où l’un et l’autre posent successivement cette question/réponse « chbik ? chay !! » pour raconter avec des émotions, une vraie histoire. Ce sont finalement les tons, les gestes, les regards, les intonations qui donnent les clés de la compréhension de ce qui se passe entre deux personnes, indépendamment des mots. La difficulté de l’exercice réside dans le besoin de comprendre l’autre et de lui faire comprendre ce que l’on ressent uniquement à travers la voix et le corps.

Au fur et à mesure des séances, nous commençons petit à petit à approcher les « personnages » dans leur différents aspects physique et psychologique. Derrière l’exercice final du jeu sur scènes, les étapes sont nombreuses: improvisation, travail sur l’espace, le transfert d’énergie…

Avis

Au delà du bienfait immédiat d’un tel cours- on se sent réellement apaisé à la fin-, le théâtre m’a jusque-là permis de pousser certaines limites que je m’étais inconsciemment imposées. Plus à l’écoute de mon corps, j’essai aujourd’hui de m’exprimer avec plus d’aisance en public. Le travail est encore long pour imposer encore plus ma voix et mes gestes dans l’espace, mais je pense être sur le bon chemin. Libérateur, révélateur, accélérateur…le théâtre pour tous ! Vivement la prise de conscience collective .

L’artisto

Adresse : 3 Rue Damas le belvédère

Tel : 58 878 786