Art de vivre : Dar Saida, poésie contemporaine

0
305

Voir sans être vu, tel était le souhait primordial des propriétaires discrets de cette villa, livrée fin 2015 et située à Gammarth. Profiter au mieux de la vue extraordinaire sur la mer était l’autre objectif de ce projet. Défis relevés avec brio, par Meriem Cheraït et Souleïma Fourati, fondatrices de l’agence d’architecture Ï+Ï.

Cette villa de maître, située sur les hauteurs de la colline de Gammarth, dans un quartier chic de la banlieue nord de Tunis, offre une vue, à couper le souffle sur la mer. Comme souvent pour ces maisons d’exception, les propriétaires souhaitent la discrétion la plus absolue.

Le terrain escarpé, dont l’accès se fait par le niveau le plus haut, a permis aux architectes de concevoir une villa cachée, invisible depuis la rue. Ainsi, depuis l’extérieur rien ne dévoile la bâtisse, si ce n’est un pan de mur aveugle. La villa s’ouvre ainsi complétement sur le paysage.

Plusieurs pièces profitent de cette vue par un jeu de transparence entre les différents espaces. La cuisine ouverte sur la salle à manger, le salon ainsi que les salles de bain ont toutes ce privilège. Quant au vocabulaire architectural résolument contemporain, il donne à cette villa un aspect sobre et épuré.

Les ouvertures, tout en hauteur, les portes translucides, la fluidité entre les différents espaces et les grandes baies vitrées accentuent la grandeur des lieux. Dar Saida, une véritable poésie contemporaine.

    

Texte : Zeineb Enneifer Ben Ayed

Photos : Jellel Gasteli

Paru dans Maisons de Tunisie N°37