En 2015, nous avons découvert Olympéa, un parfum divin qui a réussi à nous emportent dans le sillage de la séduction. Cette année, Paco Rabanne a décidé de réinterpréter son best-seller en le rendant encore plus intense. 

Paco Rabanne, couturier-agitateur. Inventeur d’une mode radicale qui a bousculé les sixties. Créateur aussi des premiers shows-happening où les filles défilent pieds nus. Son tour de force : des silhouettes sexy taillées dans des matériaux industriels mais libres de leurs mouvements. L’armure comme vêtement sensuel, le métal comme seconde peau. Il fallait oser ! Radicalité, liberté, avant-garde. Ces codes restent inscrits dans les gênes de la mode et des parfums Paco Rabanne. Des parfums architecturés mais légers d’esprit. Des univers forts et décalés ouverts à tous les fantasmes. C’est celui de la victoire qui inspire la création d’Invictus en 2013. Le champion auquel rien ni personne ne résiste. Deux ans plus tard, Olympéa redonne du pouvoir à la femme. Avec eux, enfin, we can be heroes ! Invictus est l’homme dans toute sa puissance, le héros infaillible qui ne renonce jamais. Un Dieu sur Terre. Olympéa est l’icône absolue, l’unique. Intelligence acérée, plastique impériale, queen divine. Deux êtres hors du commun réunis aujourd’hui pour une rencontre explosive…

Duel at the top

Au Panthéon des demi-dieux le temps est au calme. Mais la loi du plus fort se réveille toujours par instinct. Olympéa rêve de pouvoir, Invictus ne pense qu’à la victoire. A quoi bon se contenter de l’ordinaire ? Comment ne pas s’ennuyer lorsque rien ne vous résiste ? Pour survivre à l’ennui, il faut s’amuser. Pour rester au top, il faut s’entraîner. A deux, c’est mieux.
Changement de décor. L’air est électrique, le ciel s’assombrit. Invictus est au sommet de sa puissance. Déchaîné, encore plus désirable, prêt-à-gagner. Olympéa est à son apogée. Conquérante, sexy queen, plus animale que jamais. L’heure est venue de se mettre au défi, le challenge peut commencer. Effets spectaculaires pour elle. Démonstrations de force pour lui. Nos deux protagonistes rivalisent d’imagination et de ruse. Le duel est jubilatoire…

Olympéa Intense

olympea

A créature parfaite, attributs remarquables… Le flacon Olympéa revisite le féminin-sacré. A sa manière. Un cercle de verre, solaire, enserré par une couronne en métal cuivré. Des codes classiques-antiques en clin d’oeil à l’allure ultra-moderne. Géométrie et symétrie sont là pour incarner la force. Galbes et proportions signent la sensualité. Assemblage parfait. Dans la version Intense, c’est l’ambre qui donne le ton et prend possession du flacon. Métal incandescent pour les lauriers fiers et convoités. Ambre-résine finement poli pour le dôme. Jus aux nuances fauves en accord avec l’orientale vanille. La féminité s’affirme, en puissance.

Oriental sensuel

Flash-back. Olympéa osait la dualité entre une fraîcheur florale-transparente et la sensualité
d’un accord « vanille salée » enveloppé de bois de cachemire. Un jus signé Loc Dong, entouré d’Anne Flipo et Dominique Ropion. Pour Olympéa Intense, Loc Dong garde la même structure avec une sensualité qui monte d’un cran. On découvre une vanille salée encore plus charnelle, qui se déploie dans la chaleur ouatée de l’ambre et vibre avec les bois. Belle complexité.
Le parfumeur imagine un duel, toujours, où les contraires s’attirent. D’un côté, une pulsation florale : le poivre blanc vient mettre en tension l’absolu de fleur d’oranger (fausse indolence…) et la fleur de pamplemousse. Retour – en grâce – avec une addiction en puissance : la vanille explose dans les palpitations du cèdre. Souple, profonde, à peine salée. L’ambre blanc et l’accord ambregris en rajoutent. Musqués, veloutés. Sensation d’une peau échauffée, salée par la mer. Olympéa surgit, sexy queen, et renverse tout sur son passage.

Divine Beauty

olympea-paco-rabanne

Pour incarner Olympéa Intense, on retrouve Luma Grothe, visage emblématique d’Olympéa. A 23 ans seulement, ce jeune mannequin – très vite repéré dans le monde de la mode – a déjà défilé pour les plus grands. Née au Brésil, elle doit sans doute sa singularité à ses racines allemandes, japonaises et africaines. Une beauté naturelle et féline à la fois, aux yeux de velours ! Luma se glisse à la perfection dans la peau de cette déesse fantasmée sur talons haut perchée, qui vient défier les dieux et se fiche des jalousies qu’elle suscite. Sa grâce – phénoménale – a autant marqué les esprits que son regard intense-amusé.