Nourane Houas, otage franco-tunisienne au Yemen: Le terrible silence des gouvernements

0
4273

Nourane Houas, collaboratrice de la croix rouge au Yemen est menacée d’être exécutée aujourd’hui par ses ravisseurs inconnus. La Franco-tunisienne prise en otage depuis le 1er décembre 2015 est retenue au Yemen depuis bientôt 260 jours. Le 11 aout dernier, une vidéo est envoyée montrant une Nourane affaiblie aux côtés de ses ravisseurs. Ces derniers exigent une rançon des autorités françaises et des ONG. Selon la vidéo également, la jeune femme sera exécutée après 72 heures si un accord n’est pas validé.

C’est la Communauté Internationale de la Croix Rouge (CICR) qui a confirmé l’identité de la jeune femme de la vidéo. Dans un communiqué rendu public, « Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) confirme que c’est bien sa collaboratrice, Nourane Houas, qui apparaît dans la vidéo qui circule actuellement dans les médias. »

Une première vidéo en mai 2016

La première preuve que la jeune femme est vivante a été publiée en mai dernier. Dans cette vidéo de 39 secondes et datant du 6 mai dernier, Nourane a déclaré  “Je demande au président français, François Hollande, au président légitime de la République du Yémen, Abd Rabbo Mansour Hadi, aux pays de la coalition arabe menés par le royaume de l’Arabie saoudite et aux responsables du Comité international de la Croix-Rouge à Sanaa et à Genève de me secourir d’une mort proche le plus rapidement possible en répondant aux exigences de mes ravisseurs car ma vie et ma santé actuellement très mauvaise en dépendent”

Une vidéo qui a laissé penser que cet enlèvement relève plutôt de « l’action menée pour des motifs crapuleux en relation avec des dynamiques très locales » que d’un enlèvement aux motifs djihadistes, comme l’a expliqué le spécialiste Wassim Nasr. Car si tout le monde sait que Nourane est tunisienne, sa bi-nationalité française n’a été relayée et révélée que plus tard. Ce qui a rendu les négociations plus difficiles et la rançon plus importante.

Deuxième et nouvelle vidéo…mais toujours silence radio

Aujourd’hui encore, dans sa nouvelle vidéo, Nourane s’adresse particulièrement au gouvernement français, au président yéménite Abderabbou Mansour Hedi et aux ONG sans citer le gouvernement tunisien. Ce qui laisse penser que le message a été dicté par ses ravisseurs.

Depuis mai dernier et sa vidéo datant du 6 du même mois, les médias français n’ont plus parlé du kidnapping de Nourane. Ni le gouvernement français d’ailleurs…Si en Tunisie, une cellule de crise a été créée au sein du ministère des Affaires étrangères au lendemain de l’enlèvement, il semblerait que rien n’ait changé depuis. Quelques promesses et des communiqués de dénonciations. Côté toile, les internautes font ce qu’ils peuvent en dénonçant ce qui se passe. Des hashtag qui appellent à la libération de Nourane fleurissent sur la toile à coup de ‫#‏بحق_الإنسانية_أطلقوا_سراح_نوران_حواس  #اطلقوا_نوران_حواس   الحرية لنوران#  #FreeNourane

Malgré tout, il semblerait que ce soit la croix rouge internationale qui refuse les négociations des gouvernements, puisqu’elle détiendrait des détails et des informations qu’elle s’abstient de publier compte tenu de la délicatesse de l’affaire.

Entre temps, Nourane risque d’être exécutée à tout moment.