NextProtein : le projet de deux Tunisiens qui transforment les mouches en protéines

0
2084

Si les asiatiques et certaines tribus africaines consomment les insectes depuis la nuit des temps, c’est qu’ils ont compris qu’il y avait une alternative à la viande qui reste une denrée rare dans plusieurs régions du monde. En effet, les recherches ont montré que les insectes comestibles sont une source non négligeable de protéines avec un taux dépassant celui qu’on retrouve dans les végétaux ou encore la viande. Mieux encore, les insectes peuvent être utilisés dans l’alimentation animale remplaçant ainsi les fourrages et permettant de diminuer l’impact négatif sur l’environnement. C’est dans ce contexte que NextProtein a vu le jour, une société née de l’initiative des deux Tunisiens Mohamed Gastli, ingénieur chimiste, et Syrine Chaalala, chargée de mission pour la FAO, qui croient au potentiel des insectes.

Les deux jeunes tunisiens se sont en effet intéressés à l’élevage de mouche soldat noire, une espèce qui ne transmet pas de zoonoses, et ce pour la production de protéines destinées à l’alimentation animale en récupérant les déchets et restes de fruits et légumes. De cet élevage conduit à Hammamet et Nabeul, l’équipe peut récupérer le fertilisant issu du grossissement des larves de mouches sur la matière organique ainsi que l’extrait d’huile ou de farine protéiné qui en découlent.

nextprotein-2

Ces deux produits servent ensuite à nourrir les saumons norvégiens et canadiens, la truite arc-en-ciel du Pays basque, la crevette asiatique ainsi que les animaux de compagnie. Se confiant à Paris Match, Syrine déclare que leur filiale de production en Tunisie produit 30 kilos d’insectes par jour en transformant 200 à 300 kilos de déchets et matières organiques recyclés et d’ajouter que le site est habité par une colonie vivante de 100 000 mouches soldat qui produisent 1 million de larves par jour !

Une bonne alternative au fourrage et aliments qui servent à nourrir les animaux issus de l’élevage intensif responsable en partie du réchauffement climatique (dégagement de méthane), de la pollution des sols et de l’eau et de la déforestation.