Crise de la trentaine, que faire?

0
1612

On connait la midlife crisis ou la fameuse crise de la quarantaine, quand tout part soudainement en vrille pour ces quadragénaires nostalgiques de leur vingtaine. Si des recherches ont été faites pour comprendre qu’est ce qui pousse certains hommes à s’implanter des cheveux à 45 ans, à prendre une maîtresse ou encore à changer de voiture, et les raisons du passage de certaines femmes sur le billard, de leur démission subite de leur poste, de leur demande inattendue de divorce etc. peu de travaux ont été menés sur la thrisis, comprenez la crise de la trentaine. Travaux qui expliquent tout de même…qu’elle existe bel et bien cette crise. Alors en quoi est-elle différente de la crise de la quarantaine ?

La crise de la trenaine, Quèsaco?

Selon Dr Robinson, professeur en psychologie à l'Université de Greenwich, à Londres, la crise de la quarantaine a pour « thème central » la nostalgie du passé et le sentiment que la jeunesse est derrière nous, tandis que celle de la trentaine se traduit plutôt par une angoisse du futur et des questionnements autour de la situation présente quant à son évolution sur les trente prochaines années. « Vais-je trouver l’âme sœur ? Ai-je fait les bonnes études ? Quand vais-je pouvoir mettre en route un bébé ? » Sont des questions récurrentes à partir de 25 ans. Parce que même si on parle de chiffre 30 et plus, les études ont montré que les premiers symptômes apparaissent à partir de 25 ans.


Prisonniers entre le futur et le passé, nombreux sont ceux qui vivent ainsi. Femmes de Tunisie ne vous le dira jamais assez : il est temps pour vous de vivre votre présent. Voici un petit topo des symptômes de cette crise dont on se passerait bien-histoire de la reconnaitre et la voir venir de loin- et quelques petites idées pour ne pas céder à l’angoisse.


-Le classique : la fixette sur des détails physiques : Vous commencez à compter les cheveux blancs qui prennent place tranquillement sur votre crinière…d’ailleurs vous ne voyez plus qu’eux tous les matins devant le miroir : 6, 8, 10 etc. Si en plus on vous dit qu’il ne faut pas les enlever au risque de les voir doubler, voir tripler en nombre, vous n’êtes pas au bout de votre peine.  Quand chez certaines ce sont les cheveux blancs, d’autres scrutent l’élasticité de leur peau : cellulite, premières ridules d’expression sont autant de signes qui expriment le passage de votre corps à un autre niveau. Vous vieillissez. Vous le sentez, mais surtout vous le voyez.

Que faire ? Le processus de vieillissement cellulaire est pour le moment irréversible pour la science. Donc en attendant, la meilleure chose à faire est de dédramatiser la situation pour commencer. Renverser le processus est certes impossible, par contre son ralentissement est envisageable. Adoptez les bons gestes si ce n’est pas encore fait. Les crèmes anti-rides préventives sont conseillées à partir de 25 ans. Sachez aussi que si le vieillissement de la peau est un phénomène inéluctable lié à votre patrimoine génétique et aux modifications hormonales, il y a aussi les facteurs exogènes. Vous savez ce qui vous reste à faire : éviter les expositions au soleil, réduire sa consommation d’alcool et/ou de tabac, faire ses 8 heures de sommeil, se mettre au sport, bannir le junk food, boire beaucoup d’eau etc. En gros, changer d’hygiène de vie…pour de vrai cette fois.  


-Les crises d’angoisse ou d’anxiété : ou les deux. Cela fait un petit bout de temps que sans raison apparente, vous sentez votre souffle coupé, des crampes à l’estomac ou encore la boule à la gorge. Vous vivez des crises de panique inexpliquées. Vous vous réveillez plusieurs fois pendant la nuit, avez des insomnies tard le soir ou tôt le matin etc. Ce sont là les signes que vous souffrez d’angoisse ou d’anxiété. Cela peut être normal quand c’est géré et toléré par la personne en question. Cet état de panique, de peur ou encore d’insécurité est même nécessaire dans certaines situations. Cela devient inquiétant quand vous n’arrivez plus à maitriser la situation et que les crises se font de plus un plus fréquentes et handicapantes.


Que faire ? Aller consulter un psychologue. Si les crises sont réellement handicapantes, il serait temps d’en connaitre les origines. Elles sont d’ailleurs souvent liées à un malaise psychologique : un deuil non abouti, une rupture mal vécue, une pression sociale ou professionnelle etc. bref il y a plusieurs facteurs qui peuvent expliquer ce manque d’oxygène que vous ressentez. Un bon psychologue peut vous proposer des méthodes efficaces pour gérer ces situations jusqu’à leur disparition.  


-Douter de son statut professionnel : Vous avez 31 ans et vous en êtes encore à faire des photocopies et apporter des cafés dans votre boite alors que vous avez derrière vous plus de 6 ans d’études universitaires. Dans un autre tableau, vous vous ennuyez mortellement dans votre boulot et rêvez secrètement de faire carrière dans le domaine du cirque. Certes, votre situation ne fait pas de jalouses, mais ce n’est pas la fin du monde. Et puis surtout, même après trente ans, cela reste récupérable.


Que faire ? Faire un choix et agir. Pour tout ce qui est carrière professionnelle, il s’agit plus de volonté et de passion que de diplômes. Osez sauter le pas en changeant de carrière si vous ne vous sentez pas épanouie. Faîtes les choses bien et mettez toutes les chances de votre côté. Reprenez vos études s’il le faut. Et mettez-y du cœur. Cela prendra quelques petites années, mais le résultat final vaut le détour. Si vous n’arrivez pas à évoluer dans le bon sens au sein de votre boite, inscrivez-vous à des séances de coaching pro. Le coach pourra selon votre cas, vous conseiller la meilleure méthode à adopter pour avancer.   


-Vouloir absolument se marier et avoir des enfants : Vous approchez de la trentaine à pas de géant et votre dernière relation sérieuse remonte à plus de deux ans. Quand la plus part de vos copines affichent déjà-fièrement- le statut « mariée, 2 enfants », vous, vous trainez encore cette relation « suis-moi je te suis, fuis-moi je te suis » avec Khamouss depuis 3 ans. Vous stressez à l’idée de finir seule avec pour seul compagnon votre chat, ou pire encore vous cauchemardez à l’idée de devoir demander la permission de sortir à votre paternel alors que vous avez 40 piges passées. La société ne vous fait pas de cadeaux non plus. Chaque événement ou fête se transforme en interrogatoire : « Alors ? Personne en vue en ce moment ? ». C’est alors que vous commencez à envisager chaque homme- même votre banquier, associé, pote d’enfance, ex infréquentable etc.- comme mari et père de vos enfants. Grossière erreur.


Que faire ? Rien ne vaut le Carpe Diem. Vivez le moment présent. Aussi con que cela puisse paraître, les personnes que vous rencontrez ressentent cet état d’angoisse. Le charmant jeune homme qui vous tape dans l’œil captera tout de suite votre côté « désespérée » et prendra la poudre d’escampette. Se sentir complète ne passe pas forcément par le mariage et les enfants. Concentrez vous d’abord sur votre épanouissement personnel : travail, amis, famille etc. et n’oubliez pas de communiquer vos ondes de charme (ce doux mélange d’enthousiasme et de spontanéité). Selon le philosophe Vincent Cespedes « Avec l'onde de charme, l'amour entraîne l'amour, et le mystère réside dans l'absence de contrainte physique de cette irisation. » * Maintenant vous savez ce qu’il vous reste à faire.


Enfin sachez que la crise de la trentaine est un état éphémère. Alors prenez votre mal en patience, armez vous de livres de développement personnel (le premier livre tunisien sur le développement personnel vient de sortir en librairies), entourez vous des bonnes personnes (de préférences ayant des visions positives de la vie), et vivez ces belles années au bout desquelles vous vous sentirez accomplie. La quarantaine ? Il parait que c’est le plus bel âge pour les femmes.  Quant à la midlife crisis, ne tombons pas dans son piège et laissons les hommes dealer avec !

* L'Homme expliqué aux femmes

 

]]>