Après la ménopause, les femmes qui dorment bien ont une meilleure vie sexuelle

0
554

Il n’y a pas que le partenaire pour avoir une vie sexuelle épanouie : le nombre d’heures de sommeil compte aussi. C’est ce qui ressort d’une étude menée par la Mayo Clinic (Arizona) qui a analysé des données relatives à plus de 100 000 femmes, âgées entre 50 et 79 ans, ayant dépassé la ménopause. Selon les résultats de l’étude publiés mercredi 1er février dans le magazine Menopause, les femmes ayant des nuits de sommeil inférieures à 7-8 heures sont moins tentées d’avoir une relation sexuelle avec leur compagnon en comparaison avec les femmes dormant 7-8 heures par nuit. Elles sont également sexuellement moins satisfaites. Les femmes insomniaques, elles, sont encore moins insatisfaites que les femmes qui ont une nuit normale, mais ne sont pas moins tentées que les femmes ayant des nuits de sommeil de 7-8h.

« Il y a eu beaucoup d’études pour comprendre comment l’insomnie a des répercussions sur des choses comme la fatigue en pleine journée ou la concentration et je suspecte que ces mêmes effets ont également un impact sur la sexualité », a expliqué le docteur Juliana King, médecin à la Mayo Clinic.

betty