Chouftouhonna, le Festival International D’art féministe de Tunis revient avec une quatrième édition qui aura lieu du 6 au 9 septembre 2018. Un appel à candidature est lancé pour ceux qui veulent participer à cette saison.

Le Festival international d’Art Féministe de Tunis, a été créé par un petit groupe de femmes en 2015, qui a lancé cette initiative communautaire pour occuper l’espace de la Tunisie postrévolutionnaire.

Le succès des précédentes éditions a confirmé l’idée qu’un espace artistique dédié aux femmes est nécessaire, non seulement en Tunisie mais dans le monde entier. En effet, les 450 participations des quatre continents révèlent une solidarité et un intérêt croissants autour de ce projet, et donne aux protagonistes l’énergie nécessaire pour continuer cette expérience unique en son genre.

CHOUFTOUHONNA croit en un féminisme intersectionnel et se veut inclusif.

Partant de là, le festival défend un art qui met en avant les choix et les droits des femmes, mais avant tout a pour ambition de prétendre donner un espace d’expression aux femmes, dans leur diversité.

Si vous vous voulez être prendre part à une édition d’exception, vous êtes priés d’envoyer votre candidature avant le 30 avril 2018. Que vous ayez des projets en arts graphiques, en musique, en photographie, en arts scéniques, et en arts visuels, vous pouvez envoyer votre candidature à ces adresses:

Arts graphiques : Chouftouhonna.Artgraphique@Gmail.Com //

Musique : Chouftouhonna.Musique@Gmail.Com //

Photographie : Chouftouhonna.Photographie@Gmail.Com //

Arts Scéniques : Chouftouhonna.Artscenique@Gmail.Com //

Arts visuels : Chouftouhonna.Artplastique@Gmail.Com

Voici des aperçus des précédentes éditions de CHOUFTOUHONNA:

A propos de « Choftouhonna » : Depuis décembre 2010, la Tunisie ne traverse pas seulement une transition politique par des réformes institutionnelles, mais aussi par la renégociation des rapports des genres et des sexualités. L’idée du festival Chouftouhonna était de questionner le féminisme étatique, qui contrôle les corps genrés et les sexualités et peut être perçu comme l’héritage d’un pouvoir autoritaire imprégnant profondément la société tunisienne et les productions politiques et culturelles. En puisant dans l’intersectionnalité et en partant des engagements personnels, des expériences d’artistes et de leurs créations, nous voulons montrer comment les différents positionnements dans leurs sociétés respectives influencent le travail des femmes et leur vie quotidienne et aide à déconstruire le discours dominant sur le féminisme.