Nos acteurs s’exportent bien, c’est un fait. Hend Sabry, Feriel Youssef, Dhafer El Abidine, Dorra Zarrouk…tous ont choisi l’Egypte comme pays d’accueil afin de briller à l’international et retrouver une popularité qu’ils ne trouvent pas forcément chez nous. En effet, le pays des Pharaons est l’un des plus gros producteurs mondiaux de films et attire de ce fait, les acteurs des autres pays arabes. Mais nos acteurs se distinguent des autres par leur maîtrise parfaite du dialecte égyptien et leur ambition artistique, une ambition que certains fans critiquent.

Ces derniers trouvent que nos artistes tunisiens renient rapidement leur pays en faisant passer le dialecte tunisien au second plan ou comme récemment, en arrivent à confondre les drapeaux tunisien et turc. En effet, le 8 octobre dernier, Dhafer El Abidine et Hend Sabry ont félicité -dans un tweet- l’équipe nationale égyptienne pour sa qualification au mondial 2018 qui se déroulera en Russie tout en souhaitant le même succès pour les Aigles de Carthage. Sauf que c’est le drapeau de la Turquie qui a été insérée au message, une erreur qui a suscité l’indignation des Tunisiens.

Face à ce tollé provoqué par l’incident, l’actrice tunisienne Aicha Ben Ahmed a pris la défense de ses collègues dans un post Instagram en mettant en avant l’unité du monde arabe et celle des Tunisiens à l’étranger. La jeune femme a souligné l’importance de l’image qu’essaient de véhiculer les artistes tunisiens en demandant à ce qu’on les soutienne au lieu de les critiquer.

A post shared by Aicha Ben Ahmed (@aichabahmed) on

Toutefois, même la jeune actrice n’a pas été épargnée par les critiques puisque de nombreux internautes lui ont reproché le fait d’utiliser le dialecte égyptien lors de ses interviews.

A post shared by Aicha Ben Ahmed (@aichabahmed) on

En espérant de voir un jour nos artistes faire la promotion du dialecte tunisien, on ne peut que les soutenir aujourd’hui.

 

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?